Printemps maussade, consommation en berne !

©stock.adobe.com
Le météo peu clémente joue sur le moral des ménages et intensifie le contexte de crise... De quoi plomber la consommation et donc l’économie du pays.

Publié le

Consommation : le sale temps plombe l’économie !

Le printemps 2013 exceptionnellement froid entraîne des baisses d’activités dans différents secteurs, mais profite au domaine de l’énergie grâce au nombre de Français qui se chauffent encore.

Depuis mi-mai, la consommation d’électricité est supérieure de 5% à 10% à la normale de saison selon RTE (Réseau public français de transport d’électricité), la filiale d’EDF.

En revanche, le secteur du tourisme affiche depuis le début de l’année un recul de réservations de 7% dans l’hôtellerie ainsi qu’une baisse du chiffre d’affaires dans la restauration de 10%. Des résultats qui impactent directement sur les embauches de saisonniers.

Autre secteur en souffrance, l’habillement. Les ventes ont chuté de 10% par rapport à mars 2012. Une situation provoquant une hausse des stocks et qui devrait grignoter fortement la marge des commerçants au cours de la prochaine période de solde qui débute le 26 juin.

Le temps maussade entraîne par ailleurs un retard de 2 à 3 semaines sur
Les productions de fruits et légumes. Un déficit de production estimé à près de 30% par les producteurs.

Selon l’établissement Climpact/Metnext, spécialiste du "Business Intelligence climatique", pour le mois de mai, les produits les plus affectés par la mauvaise météo ont été les insecticides (-27,6%), les solaires (-19%) et les glaces (-17,2%).

La température influence l’activité

La météo joue un rôle crucial sur l’activité économique d’un pays (moral des ménages, production agricole, consommation,etc.) Mais quel est l’impact sur l’activité d’une baisse de température d’un degré par rapport aux normales de saison ?

Pour avoir un ordre d’idée, Louis Bertrand, professeur de Finance et directeur du développement de Meteoprotect déclarait dernièrement au micro de BFM Business que dans le domaine textile, un degré en moins sur le mois par rapport aux normales saisonnières représente une baisse de 3 à 5% de chiffre d’affaires.

Dans le secteur de la boisson, une baisse de 3 à 7% et dans le domaine de l’hôtellerie de 8 à 10% de repli.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Printemps maussade, consommati : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également