Conseils financiers : la mise en application de la réglementation MIF2 au 1er janvier 2018 fera voler en éclat le petit monde des CGP

©stock.adobe.com
Les Conseillers en Gestion de Patrimoine indépendants après le 1er janvier 2018 existeront-ils encore ? Pas sûr. A ce jour, ils ne représentent que 5% de la profession du conseil en gestion de patrimoine et dès 2018, la réglementation MIF2 devrait en faire considérablement réduire le nombre.

Publié le , mis à jour le

MIF 2 : la fin d’un monde ? Le début d’une nouvelle ère financière plus transparente ?

Vous pensiez que votre conseiller financier était indépendant ? Dans 95% des cas, il ne l’est pas. Il commercialise des produits pour lesquels il perçoit une commission. De fait, il ne peut pas être considéré comme indépendant. Votre banque, votre courtier, votre conseiller financier, votre CGP, s’il n’est pas déclaré en tant indépendant, ne sont pas indépendants dans les conseils qu’ils vous formulent. Ils perçoivent des commissions sur les encours investis, et peuvent être incité à vous recommander un produit plus qu’un autre, selon que leur intérêt financier soit plus important pour un placement donné. Quelle rétrocession perçoit mon intermédiaire financier sur mon contrat d’assurance-vie ?

Janvier 2018 / MIF2 : la naissance des CGP indépendants, et pour la plupart, leur mort également

A partir du 1er janvier 2018, aucun CGP indépendant ne pourra percevoir la moindre rétrocession pour la commercialisation d’un placement financier. Seules ses activités de conseils peuvent être rétribuées, directement par son client, l’épargnant. Son indépendance doit être totale, il ne pourra plus recommander des placements dans une liste pré-établie, et devra proposer un minimum de 3 produits comparables concurrents. Il ne pourra par ailleurs plus vous proposer les placements financiers les plus rémunérateurs pour lui, sans être tenu de vous reverser les commissions qu’il est susceptible de percevoir.

CGP indépendants, une seule issue, la facturation du service de conseils

Les CGP indépendants ne pourront que facturer des honoraires de conseil en guise de rémunération du service rendu. Un changement de mentalité auprès des épargnants qui risque de prendre quelques années... En attendant, les CGP indépendants pourraient bien changer d’activité, et perdre un peu de leur indépendance.

Conseils non indépendants : les montants des rétrocessions ne seront plus cachés

A l’opposé, les intermédiaires non indépendants (banques, courtiers, CGP œuvrant pour des assureurs spécifiques) pourront continuer leurs activités comme à ce jour. Lorsque le conseil est rendu de manière non indépendante, la perception de rétrocession ou de tout autre avantage monétaire et non monétaire demeure permise sous certaines conditions. Ils devront tout de même indiquer le montant des commissions perçues, ce qui, du reste, est de plus en plus fréquent.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Conseils financiers : la (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également