Épargne et investissements : 52% des Français refusent toute prise de risque, quitte à percevoir un faible rendement

Publié le , mis à jour le

L’AMF, le gendarme de la bourse, a publié son premier baromètre sur l’épargne et l’investissement. Sans surprise, il en ressort que les Français sont majoritairement averses aux risques. Les actions restent toutefois le meilleur investissement à long terme pour plus d’un Français sur deux. Mais près des deux-tiers des Français ne font que peu ou pas du tout confiance à la bourse... Au moins, c’est clair !

Premier baromètre épargne et investissements AMF auprès des particuliers

Afin de mieux connaître les comportements et opinions des particuliers, l’AMF lance une étude annuelle auprès d’un panel de 1.200 particuliers. Ce baromètre, dont c’est la première édition, sera publié chaque année, afin de constater les évolutions des objectifs des épargnants.

52% des épargnants ne veulent pas entendre parler de prise de risque

Une part majoritaire de l’épargne des Français est concentrée sur placements sans risque, liquides, mais à faible rendement. Parmi les motifs de cette préférence pour des placements peu ou pas risqués, corrélée à la baisse de l’actionnariat individuel, figurent la crise financière de 2007-2008 et la prudence accrue, voire la défiance, des épargnants.

Le Baromètre de l’AMF confirme assez largement cette préférence pour les placements garantis :

  • 52% des personnes interrogées refusent tout risque sur les placements, en dépit d’une faible rémunération ;
  • 64% estiment avoir « peu » ou « pas du tout » confiance dans la Bourse.

Mais des signes d’un potentiel regain d’intérêt pour les actions
Pour la première fois en une décennie, une enquête constatait en 2017 un certain rebond du taux de détention des actions, concernant 8,7% de la population contre 7,6% 2016.

Certains résultats du Baromètre semblent montrer qu’un retour des épargnants vers les marchés actions est possible.

  • 44% des Français jugent les placements en actions comme les supports les plus intéressants sur le long-terme ;
  • 56% pensent qu’il s’agit d’une « bonne idée » pour diversifier ses placements ;
  • Enfin 1/3 des particuliers exprime un intérêt pour la Bourse, une proportion identique à la part des Français qui accepterait une certaine prise de risque dans la perspective de meilleurs rendements.

Un horizon de placement long, la diversification et la rentabilité constituent les avantages des actions mis en avant par de nombreux épargnants : considérant que la préparation de la retraite est pour 7 personnes sur 10 une priorité d’épargne, les placements en actions semblent donc pouvoir répondre à ces exigences.

Enquête menée auprès de 1200 personnes représentatives de la population française, âgées de 18 ans et plus. Afin de se doter d’un outil de référence, de parfaire sa connaissance des épargnants et de suivre ces indicateurs dans la durée, l’AMF entend publier à rythme annuel ce Baromètre.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Épargne et investissements : : Publiez un commentaire ou posez votre question...

2 commentaires

  • Placement en actions

    10 février 17:09, par Vacher

    Sur le long terme les placements en actions ne sont pas toujours positifs.
    L’exemple qui explique les réticences des français moyens, non spécialistes des mouvements boursiers permanents,est celui de la période qui va de 2000 à 2018 (en attendant la suite)
    Tous les portefeuilles boursiers indexés sur les grands indices (CAC 40,...)sur cette longue période sont nettement perdants.
    Les spécialistes financiers n’évoquent jamais cette évidence. Pourquoi ?

    Répondre à ce message

    • Placement en actions

      Bonjour,

      Effectivement, après avoir personnellement subi l’éclatement de la bulle Internet en 2000 et la crise de 2007/2008, cette assertion sur les investissements boursiers les plus rentables me fait toujours sourire. L’idée est que sur le très long terme les placements boursiers seraient les plus rémunérateurs, mais cela suppose qu’il faut toujours bien choisir la sélection des bornes de comparaison et prendre ses plus-values au bon moment, et ne jamais réaliser ses pertes. Des hypothèses assez improbables. La clé de la réussite en bourse c’est le timing, entrée et sortie du marché au bon moment. Ou alors opter pour le très très long terme et ne plus suivre ses placements :)

      Ces marchés boursiers sont sources de revenus pour de nombreux intermédiaires financiers, assureurs et maintenant autres fintech... Cette notion d’investissement le plus rentable sur le long terme est donc une façon à peine déguisée de convaincre les investisseurs à accepter l’idée de perdre du capital, sachant que dans cette éventualité, un jour ou l’autre, dans plusieurs années, de meilleurs jours devraient arriver...

      Le mieux est encore évidemment de gérer correctement sa propre exposition aux risques de marchés de façon globale (et non pas sur un seul contrat ou compte comme les offres proposées actuellement), en construisant son portefeuille globale de façon que les pertes ne soient jamais possibles au terme de l’horizon de placement défini.

      Bien à vous

      Répondre à ce message

A lire également