Immobilier, bourse, épargne : dans quoi investir en 2019 ?

Publié le

Vous souhaitez investir en 2019 mais vous ne savez pas quel produit choisir ? L’objectif premier d’un investissement c’est d’être rentable. Par ailleurs, en fonction de votre projet et de votre situation, vous pouvez choisir d’investir de façon plus ou moins risquée. Pour découvrir dans quel secteur il est intéressant de placer son argent, voici un récapitulatif des investissements qui semblent porteurs en cette année 2019.
Immobilier, bourse, épargne : dans quoi investir en 2019 ?
©stock.adobe.com

L’immobilier : n°1 des placements privilégiés par les Français

Investir dans la pierre a toujours été gage de sécurité. Et ce n’est pas près de changer. L’immobilier reste le placement le plus sûr qui existe aujourd’hui malgré les hausses de prix menaçantes. Car en effet, les prix continuent de grimper, ce qui réduit inévitablement le rendement locatif. Néanmoins, ce dernier demeure intéressant car il oscille entre 2 à 5% par an et varie selon la localisation du bien. De plus, comme le souligne Olivier Eluère dans les Echos, économiste en charge des marchés immobiliers au Crédit Agricole SA : « c’est toujours une bonne solution pour se constituer un capital au fil de l’eau et pour se préparer à terme des revenus complémentaires  ».
Investir dans l’immobilier reste donc toujours aussi intéressant, d’autant plus que les taux de prêt immobilier moyens sont bas : 1,05% sur 10 ans, 1,30% sur 15 ans et 1,55% sur 20 ans. Du jamais vu depuis novembre 2016 ! Si vous envisagez de financer votre acquisition immobilière grâce à un crédit, c’est le moment propice pour réaliser votre projet. Les taux devraient même rester stables encore quelques temps puisque les taux directeurs sont encore bas.

Exemple de simulation de prêt immobilier : Vous souscrivez un crédit immobilier d’un montant de 300 000€ sur 20 ans, le taux moyen appliqué actuellement est de 1,55%, vous obtenez ainsi :
  • Une mensualité de 1 455€.
  • Un coût total de crédit de 49 091€.

En plus du crédit immobilier classique qui offre des conditions de financement très intéressantes, il est possible de faciliter davantage l’acquisition grâce aux prêts réglementés. Ceux-ci permettent de financer un achat immobilier à taux préférentiel et de diminuer ainsi le coût total du crédit. L’un des prêts aidés les plus connus étant le prêt à taux zéro (PTZ) qui permet de financer une partie de l’acquisition sans verser d’intérêts en retour pour les primo-accédants, sous certaines conditions.
Dans le cadre d’un investissement locatif, vous pouvez vérifier votre éligibilité au dispositif Pinel (si vous achetez un bien neuf) ou au dispositif Denormandie (si vous achetez un bien ancien). Ces mesures, mises en place par le Gouvernement, sont destinées à encourager les investisseurs en allégeant leur assiette fiscale.

L’épargne

Les plans d’épargne sont des placements sans risque car les rendements sont fixés par l’Etat. Cependant, le taux de rémunération reste faible : 0,75% jusqu’en février 2020 pour le Livret A. Rappelons que le Livret A est un compte d’épargne, distribué par les établissements bancaires, qui permet de verser des fonds et d’obtenir des intérêts exonérés d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux. L’ouverture, le dépôt, le retrait et la clôture sont sans frais.
Vous pouvez également opter pour une assurance-vie qui est à la fois un outil de transmission de capital mais aussi un compte d’épargne rémunérateur. Même si souscrivez une assurance-vie uniquement dans le but d’épargner, vous devez désigner un ou plusieurs bénéficiaires. Dans le cas où vous envisagez l’assurance-vie comme solution de placement, le taux de rendement varie selon les organismes (entre 1,50 et 3,20%) et s’est établi à 1,6% en moyenne en 2018. Ainsi, les fonds investis versés régulièrement, périodiquement ou en une fois vont ensuite engendrer des intérêts.

Les placements boursiers

Quel avenir pour les placements boursiers en cette année 2019 ? Si l’on en croit l’année 2018 marquée par la baisse de 10% de la valeur du CAC 40, «  la commercialisation des produits actions devrait se compliquer », souligne Cyril Blesson dans son interview pour Cbanque, associé au sein du cabinet Pair Conseil. Plus globalement, les Etats-Unis maintiennent le marché grâce à une croissance de l’ordre de 2,5% selon le FMI. Nous sommes donc dans une dynamique de ralentissement et non de récession. Pour minimiser les risques, vous pouvez avoir recours au plan d’épargne en actions (PEA) avec un mandat de gestion dynamique. Attention tout de même car sa bonne gestion requiert du temps. Si vous n’en avez pas, vous pouvez vous faire « accompagner, ou bien alors décider de déléguer, par prudence une partie de votre épargne à un gestionnaire d’actifs » précise Bernard Dordain dans son intervention sur BFM Business, vice-président du Cercle Anteis (association pour la culture patrimoniale).

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Immobilier, bourse, épargne : : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également