Le déficit budgétaire français explose à fin mai 2019, pour une bonne raison

Publié le

Forte hausse du déficit budgétaire ©fotolia.fr/francetransactions.com
Le déficit budgétaire de la France explose à fin mai : +83.9 milliards d’euros, contre 55,1 une année plus tôt. Cette hausse de près de +52% du déficit s’explique en partie pour une bonne raison : la mise en place du prélèvement à la source. Un décalage de collecte de l’impôt que l’État doit supporter.

Le déficit cumulé sur les cinq premiers mois de l’année s’élève à 83,9 milliards d’euros contre 55,1 milliards à la fin mai 2018. Principale raison : la mise en place du prélèvement à la source.

A fin mai, sans le prélèvement à la source, l’État aurait normalement collecté 66% de l’impôt sur le revenu

Les recettes fiscales nettes à fin mai 2019 sont en baisse de 21,2 Md€ par rapport à fin mai 2018. Cette baisse s’explique principalement par la mise en œuvre du prélèvement à la source qui modifie le rythme infra-annuel des décaissements et des encaissements d’impôt sur le revenu. En particulier, les mois de février et mai 2018 correspondaient au recouvrement des deux premiers tiers provisionnels. Par ailleurs, les recettes nettes de taxe sur la valeur ajoutée sont en baisse de 8,4 Md€ par rapport à fin mai 2018 du fait de l’augmentation inscrite en loi de finances initiale pour 2019 des transferts aux organismes de sécurité sociale.

5 millairds d’euros de dépenses supplémentaires en 2019

Au 31 mai 2019, les dépenses du budget général atteignent 148,1 Md€ contre 143,0 Md€ au 31 mai 2018 du fait principalement de décalages calendaires et de la revalorisation de la prime d’activité, tandis que les prélèvements sur recettes s’établissent à 23,0 Md€ contre 21,8 Md€ au 31 mai 2018.

Recettes fiscales et non fiscales

Au 31 mai 2019, les recettes du budget général (nettes des remboursements et dégrèvements) s’établissent à 109,8 Md€ contre 132,6 Md€ à fin mai 2018. À fin mai 2019, les recettes non fiscales sont en baisse de 1,9 Md€ par rapport au 31 mai 2018 du fait de décalages calendaires relatifs à l’encaissement de dividendes.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Le déficit budgétaire français : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également