Le taux d’épargne net des Français (crédits déduits) reste stable à 4.60% de leurs revenus à fin 2017

Publié le

Le taux d’épargne des Français est de 13.60% au global, mais une fois leur niveau d’endettement déduit, les épargnants n’épargnent au final, réellement, que 4.60% de leurs revenus. Un taux stable fin 2017 et début 2018. En Europe, les Allemands épargnent près du double.

Dans sa dernière publication sur l’épargne des ménages du 16 mai 2018, la Banque de France confirme la stabilité du taux d’épargne dans l’hexagone sur la fin d’année 2017 et le début 2018.

Taux d’épargne réel de 4.60%

Les Français épargnent beaucoup, ils figurent parmi les premiers en Europe. En revanche, ils sont également lourdement endettés. Ainsi, avec une épargne moyenne de 13.60%, les épargnants Français ne mettent de côté que finalement 4.60% de leurs revenus, la différence retranchée représentant le remboursement de leurs dettes. A l’inverse, les Allemands, champions de l’épargne, le niveau d’endettement étant faible, l’épargne réelle est proche du double de celle des Français.

Les Allemands épargnent près de 2 fois plus que les Français

Le marché de l’immobilier allemand est certes très différent du notre. Etre propriétaire en Allemagne n’est pas une priorité absolue comme en France, et nombre d’Allemands économisent pendant des décennies avant d’acheter cash leur résidence principale. Au final, les Allemands épargnent bien davantage que les Français. Ces derniers n’hésitant pas à s’endetter sur plusieurs décennies afin de devenir propriétaire. Une opération financière qui n’est évidemment pas toujours pertinente.

Evolution comparée du taux d’épargne réel dans différents pays
Evolution comparée du taux d’épargne réel dans différents pays © Source Eurostat, BEA et ONS, infographie Banque de France

© EuroStat/ Banque de France

Une épargne de précaution toujours au top !

Les Français sont les champions de l’épargne de précaution. Les statistiques se suivent et se ressemblent. Avec près de 10 milliards d’euros de flux vers les comptes à vue, et 5 milliards vers les livrets épargne (livret A, LDDS, et autres livrets épargne fiscalisés), le bas de laine des Français, cette épargne de précaution pouvant faire face au moindre imprévu, est encore plus conséquente.

Assurance-vie : un engouement prononcé pour les unités de compte

L’excellente performance de l’indice CAC40 en ce début d’année semble avoir convaincu nombre d’épargnants. Les flux financiers en direction des unités de compte est élevé. Comparativement, l’investissement en unités de compte est peu ou proue au niveau du flux financier alimentant les livrets épargne.

© Banque de France

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Le taux d'épargne (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également