Epargne : Attention à l’inflation !

Publié le , mis à jour le

Inflation : Les cours de pétrole flambent, la hausse des prix s’amorce.... L’inflation menace et inquiète les consommateurs et les épargnants. Est-il nécessaire de bien choisir ses produits d’épargne pour limiter les impacts de l’inflation sur ses placements ?
Epargne : Attention à l'inflation !
©stock.adobe.com

Inflation : bien choisir son épargne ?

La flambée des cours du pétrole, fait craindre un rebond de l’inflation. Les consommateurs ont déjà constaté une hausse des prix en Février 2011. Les épargnant ne sont pas épargnés ! En effet l’inflation à une incidence directe sur les rendements de leurs produits financiers.

En cas de montée de l’inflation certains rendements pourraient se retrouver, après imposition, en dessous du taux de l’inflation et donc faire perdre de l’argent à leurs détenteurs.

Avant de souscrire, il est primordial de bien comparer les placement épargne pour s’orienter vers les meilleurs taux de rendements (assurance-vie , livret épargne...)

Inflation : Un rendement épargne inférieur à l’inflation, c’est une perte de capital en valeur pour l’épargnant !

Evolution de l'Inflation annuelle

L’inflation, en base annuelle, selon l’INSEE s’établit en mars 2011 à 1,90%. Un placement épargne avec un rendement net de 1,90% équivaut donc à un placement sans intérêt. Pis encore, avec un rendement inférieur à 1,90%, l’épargnant subit une perte de capital en valeur, net d’inflation.

Epargne : Quels placements résistent à l’inflation ?

Certains produits financiers ne subissent pas l’inflation, mais sont-ils vraiment intéressants ?

  • Obligations indexées sur l’inflation (OATi) : ces obligations ont été créées pour résister à une conjoncture défavorable. Majoritairement émises par l’Etats, leur coupon augmentera en parallèle à une hausse de l’inflation et n’en subira donc pas les effets. Mais leur rendement très bas couvre à peine l’augmentation des prix !
    Certaines obligations privées sont maintenant elles-aussi indexées sur l’inflation (comme la récente émission obligataire d’IC Telecom). Ces premières permettent donc aux épargnants de s’assurer de la résistance de leur placement durant toute la durée de l’obligation. Mais le risque de perte de capital, lié à la défaillance de l’émetteur, est bien toujours présent.
  • Obligations à taux variable : Généralement indexées sur les taux monétaires, elle ne subissent de fait que peu l’inflation, les taux monétaires réagissant directement aux variations inflationnistes. Mais complexes et difficilement accessibles, ces obligations restent réservées aux épargnants avertis.
  • Les matières premières : La flambée du cours des matières premières (pétrole, gaz, or,...) est la raison principale de la reprise de l’inflation. Il est possible de spéculer sur les fluctuation de ces marchés, mais ces pratiques sont très difficiles pour les particuliers.
    Les épargnant pourront se laisser tenter par les certificats, warrants, turbos, CFD, si cela peut rapporter gros, mieux vaut ne pas craindre de tout perdre !
  • Livret A : Notre chez livret, une véritable protection contre l’inflation ? Oui, en effet, notre cher livret a voit son taux ré-évaluer en fonction notamment des taux court-terme et de l’inflation. Certes, la règle de fixation du taux du livret A n’est pas toujours respectée, mais au moins les épargnants seront assurés, de ne pas obtenir un rendement net d’inflation, négatif, du moins trop longtemps.
    La règle de fixation du taux du livret A n’est pas toujours respectée par le gouvernement, ainsi, certaines périodes peuvent être défavorables aux épargnants, le rendement réel du livret A, net d’inflation, étant négatif.
  • Fonds "anti-inflation" : des fonds ont été spécialement conçus dans le but de protéger le capital face aux éventuelles hausses du taux directeur et de l’inflation. Encore mieux, les performances sont boostées par la hausse des indicateurs, grâce a des actifs savamment placés sur des obligations indexées et des produits à effet levier.
    L’assurance-vie est bien adaptées pour effectuer de tel placements grâce à sa fiscalité avantageuse.
  • immobilier : investir en immobilier peut être également un bon moyen de contrer l’inflation, car sur le long terme, les prix des biens et des loyers augmentent au même titre que les biens de consommation. Mais l’inflation faisant chuter le pouvoir d’achat , la solvabilité des locataires baisse et dons le risque d’impayés de loyers. Pour limiter les risques, les scpi, peuvent être une solution.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Epargne : Attention à l'i : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également