Immobilier : Les impacts de la nouvelle imposition des plus-values

Publié le , mis à jour le

Immobilier : La nouvelle imposition des plus-values immobilières, a été très mal reçue par les particuliers mais fait également trembler les professionnels du secteurs qui craignent un effet pervers sur le marché immobilier. Quelles pourraient être les conséquences du durcissement de l’imposition sur les plus values immobilières ?
Immobilier : Les impacts de la nouvelle imposition des plus-values
©stock.adobe.com

Plus-values immobilières : un temps d’acquisition doublé avant exonération

Le durcissement de l’imposition sur les plus values immobilières des résidences secondaires va entrer très prochainement en application. Les cessions des biens immobiliers dont la vente sera finalisée à compter du 1er février 2012 ne seront exonérées d’impôts qu’au bout de 30 longues années contre 15 auparavant.

Si les propriétaires ont du mal à avaler la pilule, les professionnels du secteur craignent de graves conséquences sur le marché du logement français.

Plus-values immobilières : trop tard pour échapper à la nouvelle imposition !

Pour les propriétaires détenant leurs biens depuis plus de 15 ans, il pouvait être judicieux de vendre au plus vite leur logement afin d’échapper à la nouvelle imposition. Pour cela la vente doit être effective avant le 1er Février 2012, soit dans mois de 3 mois. Compte tenue des délais légaux après une signature d’acte de vente, il est trop déjà trop tard pour ceux qui n’ont pas encore trouver d’acheteur. Ceux qui y sont parvenus à temps, ont certainement dû revoir sérieusement à la baisse le prix de leur logement pour trouver preneur au plus vite.

Les prochains chiffres des notaires sur les ventes immobilières durant cette période, nous dirons si l’annonce de la nouvelle imposition sur les résidences secondaires à réellement précipitée les ventes.

Plus values immobilières : Et maintenant ?

Maintenant, qu’il n’est plus possible d’échapper a la nouvelle imposition des plus values immobilières, ont peut s’attendre à court terme à un retrait massif des bien à la vente puis à un immobilisme des propriétaires. D’autant plus que les élections présidentielles approchent à grand pas, ensuite tout peu changer !

A plus long terme si la loi demeure, les biens proposés à la vente risquent d’être plus rares puisque les propriétaires hésiteront longuement avant de vendre leurs biens avant 30 ans et bons nombres d’entres eux préféreront certainement attendre. Un immobilisme qui entraînerait un ralentissement des transactions immobilières car les offres se feront plus rares.

Du coté du neuf, les promoteurs ayant des difficultés à trouver des terrains à la vente devront augmenter leur budget pour pouvoir lancer de nouveaux programmes et parallèlement revoir à la hausse leurs prix de vente.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Immobilier : Les impacts (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...