Assurance-vie : fiscalité Macron à 30%, seulement pour les contrats de plus de 150.000€

Publié le

Qu’il est bon de rire parfois ! Devant le tollé des épargnants contre cette flat tax à 30% sur les plus-values en assurance-vie, le candidat E.Macron change son fusil d’épaule. Seuls les nouveaux versements sur les contrats d’assurance-vie dont le capital dépasse les 150.000€ seraient maintenant concernés. Une mesure qui prête évidemment à sourire, tant elle est stupide... Les épargnants pouvant avoir autant de contrats d’assurance-vie qu’ils le souhaitent, personne ne paiera donc cette flat tax !

Assises de l’AFER : une crise de rires concernant la mesure Macron


Devant les Assises de l’épargne et de la fiscalité, organisées jeudi 16 mars par l’association d’épargnants AFER, l’ex-ministre de l’économie et des finances Jean Arthuis, venu représenter En marche !, a annoncé que ce prélèvement ne concernerait que les nouveaux versements effectués sur des contrats dont l’encours est supérieur à un plafond, qui pourrait s’élever à 150 000 euros (par personne), soit le plafond actuel des plans d’épargne en actions (PEA).

Une mesure pour le moins stupide !


Si un seul PEA n’est autorisé par investisseur, induisant de fait, une réelle limitation à la carotte fiscale sur les plus-values, les épargnants peuvent détenir autant de contrats d’assurance-vie qu’ils le souhaitent.
Ainsi, appliquer une taxe supplémentaire basée uniquement sur le montant du capital du contrat est stupide. De fait, soit ils ouvriront de nouveaux contrats pour effectuer leurs versements, soit il suffira alors aux épargnants détenant des contrats d’un montant supérieur à 150.000€ d’effectuer des rachats partiels afin de ventiler leur capital sur autant de contrats qu’il le faudra pour ne plus dépasser 150.000€.

L’assurance-vie sortie de l’ISF, selon le programme Macron


L’ancien ministre a par ailleurs rappelé que, dans le projet de M. Macron, l’épargne financière et l’assurance-vie n’entreraient plus dans l’assiette de calcul de l’impôt sur la fortune (ISF). Enfin, les particuliers devraient pouvoir choisir un prélèvement aligné sur le taux de leur impôt sur le revenu (auxquels s’ajouteraient dans ce cas les prélèvements sociaux) si ce dernier était inférieur au taux unique de 30 %.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Assurance-vie : fiscalité (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

2 commentaires

  • Bonjour,

    On peut très bien avoir un seul et même plafond pour une pluralité de contrats, que je sache (ex : art. 757B du CGI).

    Alors avant d’employer des mots comme « stupide » ou « crise de rire » de façon aussi péremptoire, peut-être devriez-vous (essayer de) prendre un peu de recul, si toutefois vous en avez envie.

    Si vous pensez une seule seconde que ce genre de mesure - à supposer qu’elle soit confirmée - ne pourra pas être assorti d’une forme de contrôle d’un plafonnement individuel, vous êtes soit naïf, soit intellectuellement malhonnête.

    Et vous ne me paraissez pas naïf.

    Louise.

    Répondre à ce message

  • Ce qu’à priori, vous ne savez pas c’est que l’administration fiscale connait la valeur de chaque contrat. Il lui suffit de faire le total pour savoir si le seuil de 150 000 € est dépassé ou non. Donc votre remarque sur l’ouverture de plusieurs contrat est totalement inopérant. Il ne faut surtout pas prendre les agent du fisc et le législateur pour des demeurés

    Répondre à ce message