Encadrement des loyers : 400 communes de la banlieue de Paris concernés à partir de 2018

Publié le

La ministre du Logement, Emmanuel Cosse, a signé mercredi soir l’arrêté pour étendre la mesure de l’encadrement des loyers appliqué sur Paris, à la petite couronne et à plus de 400 communes de la région parisienne, à partir de 2018.

Le gouvernement a donc décidé d’étendre l’encadrement des loyers à toute l’agglomération parisienne, révèle ce jeudi France Bleu. Ce dispositif, entré en vigueur à Paris intramuros en août dernier, interdit que les loyers dépassent des plafonds fixés par un observatoire.

Le dispositif n’entrera toutefois pas en vigueur avant deux ans : les quartiers et les prix de référence qui serviront à fixer les plafonds doivent encore être définis par l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne. Dans l’agglomération parisienne, environ un million de foyers locataires seraient potentiellement concernés par cette mesure, qui ne s’applique qu’à la signature d’un nouveau bail.

Suite à l’annonce d’Emmanuelle Cosse d’étendre l’encadrement des loyers à plus de 400 communes de l’agglomération parisienne, la réaction de Jean-François Buet, Président de la FNAIM : « Alors que le marché de l’immobilier retrouve son équilibre avec des taux d’intérêt bas, des volumes de vente à la hausse, des prix stables, voire en très légère baisse, cette annonce est décourageante pour notre secteur.
L’encadrement des loyers est une mauvaise solution pour un vrai problème. Ce dispositif est une aberration qui ne vise qu’à restreindre encore plus l’offre locative. La crise du logement est déjà criante sur Paris, ce n’est pas en organisant la pénurie avec un encadrement des loyers que cela va s’améliorer. Les locataires ne trouvent pas de logement, et cela empire de jour en jour.
Les investisseurs vont de nouveau fuir devant cette annonce politicienne. Les rendements locatifs vont continuer à s’éroder sur l’agglomération parisienne. On oriente le marché vers un assèchement de l’offre avec ce type de mesure. Et le risque reste un déplacement de l’offre vers des plates-formes de location touristique.
Nous n’attendions qu’une chose à la nomination d’Emmanuelle Cosse, qu’on nous laisse tranquille pendant un an, mais voilà que l’on complexifie et pénalise notre marché et nos métiers
. »

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Encadrement des loyers : (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également