Immobilier : la baisse des prix se poursuit (-3% sur Paris depuis janvier 2014), lentement mais surement...

©stock.adobe.com
Depuis le début de l’année, les prix parisiens ont baissé de -3,1% et de -9,2% depuis juin 2011 (le plus haut du marché de l’immobilier).

Publié le

Une baisse qui devrait se poursuivre, lentement...

La baisse des prix de l’immobilier devrait se poursuivre. Les acheteurs sont peu nombreux sur le marché. Les incertitudes fiscales et réglementaires continuent d’indisposer les investisseurs particuliers, alors que les investisseurs institutionnels ont disparu du marché.

Les primo-accédants ont toutes les peines du monde à constituer un dossier de crédit car les banques, avec des taux de crédit très faibles, ont resserré leurs critères d’acceptation, gestion des risques oblige.

Baisse des prix sur Paris par arrondissement (source : meilleursagents.com)
Baisse des prix sur Paris par arrondissement (source : meilleursagents.com) © Fotolia.com

Taux des crédits, le plus bas probablement touché

Du côté des taux des crédits immobiliers, une légère hausse a déjà eu lieu sur certaines maturités. Le plus bas pourrait avoir été atteint. Mais une forte reprise de la hausse des taux d’intérêts est pour le moment exclue. Tant que la reprise économique n’est pas au rendez-vous, le marché de l’argent restera atone.

Taux fixes moyens de marché des crédits immobiliers - Données actualisées au 03/09/2020
Durées de créditTaux maxi. Taux moyens Taux mini.
7 ans1,00 %0,85 %0,39 %
10 ans1,20 %0,95 %0,50 %
15 ans1,40 %1,10 %0,75 %
20 ans1,70 %1,30 %0,90 %
25 ans2,05 %1,60 %1,08 %
30 ans2,45 %1,90 %1,55 %
(*) Mise à jour effectuée le 03/09/2020 . Taux hors assurance obligatoire et optionnelle. Taux moyens de marché (avec 20% d'apport), calculés sur les relevés des courtiers en crédits immobiliers. Données indicatives uniquement.

Reprise économique = forte remontée des taux d’intérêts

Le paradoxe est que ce sera avec le signe d’une reprise économique que la crise immobilière va réellement se produire : une forte hausse des taux viendra diminuer d’autant le pouvoir d’achat des acquéreurs, provoquant une correction bien plus importante que celle connue jusqu’à ce jour. Mais personne ne peut indiquer si une reprise économique aura réellement lieu en Europe. Aucun changement structurel n’est effectué, nos économies s’enlisent dans un immobilisme pathogène.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Immobilier : la baisse (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également