Immobilier : après une année 2017 exceptionnelle, 2018 pourrait marquer un haut de cycle

Publié le

Dans sa publication bilan 2017 et perspectives 2018, la FNAIM souligne l’exceptionnelle vigueur du marché de l’immobilier en 2017. Des hausses de prix importantes, liées à une forte demande et des taux de crédits immobiliers toujours favorables. 2018 pourrait être une année moins agitée, notamment au niveau des prix. La FNAIM anticipe tout de même encore une hausse des prix de près de 2% en 2018.
Immobilier : après une année 2017 exceptionnelle, 2018 pourrait marquer un haut de cycle
©stock.adobe.com

Les prix de l’immobilier frisent l’irrationnel

Evolution des prix de l’immobilier 2017/2016
© FNAIM (Janvier 2018)

La hausse des prix au m², entre 2016 et 2017, est de 4,2 % (+ 1,5 % en 2016 par rapport à 2015), impliquant un prix moyen de vente au m², en France, de 2.550 €. Les prix des appartements ont grimpé plus vite que ceux des maisons : + 4,9 % (3.385 € / m²) au lieu de + 3,7 % (2.143 € / m²) pour l’habitat individuel. À noter que la tendance s’est inversée par rapport à l’an dernier.

L’Île-de-France est la région qui a enregistré le plus fort taux de hausse en un an : + 5 %

(4.276 € / m²), alors que la province affiche une courbe de + 3,9 % (2.188 € / m²). La différence avec les chiffres de l’an dernier est spectaculaire : en 2016, la hausse n’avait atteint que + 2,1 % en Île-de-France (soit plus du double cette année) et + 1,3 % en province.

Bordeaux est la ville où les prix ont le plus augmenté : + 7,7 %. Paris arrive en deuxième position avec + 6,5 % ; le prix de vente au m² passant à 9.228 € dans la capitale.

L’évolution dans les autres grandes capitales régionales est de + 5,3 % à Lyon + 4,3 % à Nantes, + 3,9 % à Toulouse, + 3,8 % à Lille, + 3,3 % à Rouen, + 3 % à Rennes, + 2 % à Strasbourg, + 1,5 % à Marseille, + 1,2 % à Ajaccio. À Orléans, les prix n’ont pas évolué (+ 0,1 %) tandis qu’à Dijon, ils reculent même de 1%.

Des disparités importantes sur les prix de l’immobilier en France
© FNAIM (Janvier 2018)

Cette hausse est toutefois à relativiser si l’on inclut l’inflation. En effet, avec cette dernière, seule l’Ile-de-France sort en positif : la hausse en prix constants atteint + 10,5 % en 10 ans et + 1,5 % en 5 ans. En province, les prix en euros constants ont reculé de 3 % en 10 ans et de 1,7 % en 5 ans.

Les prix augmentent, le pouvoir d’achat immobilier diminue

Cette hausse des prix a logiquement provoqué un recul du pouvoir d’achat immobilier. Ainsi, dans le cadre de l’hypothèse de l’achat d’un logement de 60 m² à l’aide d’un emprunt sur 20 ans, le pouvoir d’achat recule de 5,1 m² à Bordeaux, de 4,5 m² à Paris, de 3,9 m² à Lyon, de 3,3 m² à Nantes, de 3,1 m² à Lille et à Toulouse, de 2,8 m² à Rouen, de 2,6 m² à Rennes, de 2,1 m² à Strasbourg, de 1,8 m² à Marseille, de 1,6 m² à Ajaccio et reste relativement stable à Dijon et Orléans.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Immobilier : après une (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également