Crédit immobilier : taux d’effort de 33% maximum respecté et durée plafond de 25 ans recommandée

Afin de protéger les banques tout comme les consommateurs, le Haut conseil de stabilité financière (HCSF) recommande aux banques de respecter le taux maximal d’endettement de 33% des ménages, et souhaite imposer un plafond de 25 années sur la durée des crédits. La dérive des taux bas sera l’origine de la prochaine crise financière.
Crédit immobilier : taux d'effort de 33% maximum respecté et durée plafond de 25 ans recommandée
Crédit immobilier © FranceTransactions.com/stock.adobe.com

Publié le

Diagnotic du HCSF est sans appel, la dérive est enclenchée

Le HCSF (Haut Conseil de Stabilité Financière) a présenté le 12 décembre 2019 son diagnostic sur le marché du crédit immobilier. Les autorités ont recommandé aux banques de veiller à garder des pratiques saines telles que :

  • respecter le taux d’effort de 33%,
  • plafonner la durée des prêts à 25 ans,
  • limiter le montant emprunté à 7 années de revenus maximum.

Actuellement le coût relatif moyen des crédits immobiliers est en hausse, à 4,4 années, selon les derniers chiffres de novembre 2019 de l’Observatoire du logement/CSA.

Des recommandations et non des contraintes

Du côté des courtiers en crédits immobiliers, la carte de la sérénité est avancée. « Bercy et la Banque de France reconnaissent que le marché est sain et que le modèle français est un bon modèle » constate Philippe Taboret de chez CAFPI « ces mesures ne seront pas contraignantes, car ce sont des recommandations, mais espérons qu’elles ne viennent pas brider l’accession à la propriété, car l’immobilier est pour les Français un projet de vie essentiel et sécurisant pour la retraite ».

Coût d’un crédit immobilier, taux de 2.55%

Les emprunteurs ont-ils bien conscience du coût de leur crédit ? Emprunter 200.000 € sur 30 ans (taux de 2.55%, assurance de 0.36%), c’est payer 107.600€ d’intérêts, soit plus de la moitié (53.8%) de la somme empruntée !

Durée de 30 ans pour un crédit immobilier, c’est trop !

Cafpi regrette néanmoins que la durée de 30 ans ne soit pas conservée pour les primo accédants . Il ne fallait pas l’exclure mais l’encadrer et la réserver à cette unique clientèle afin de lui permettre d’accéder à la propriété pour le montant d’un loyer.

Tarification

Le Haut Conseil pointe du doigt l’importance de la tarification du crédit immobilier afin de ne pas fragiliser les banques. Cafpi milite pour une légère augmentation des taux . Une remontée raisonnable de à 0,15 à 0,20 en moyenne , afin de remettre les banques en sécurité en permettant d’anticiper les nouvelles contraintes imposées par Bale 4.

Taux d’usure : Danger

Le grand oublié de ce diagnostic. Pourquoi ne pas avoir abordé le taux d’usure qui est établi par la Banque de France ? En augmentant la tarification des banques et en ne revoyant pas de calcul du taux d’usure, encore plus d’emprunteurs présentant les garanties pour eux-mêmes et pour les banques se verront exclus du crédit.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Crédit immobilier : taux (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

Offres de bienvenue des banques, vous aussi, percevez votre bonus !

Comment épargner sur ses frais bancaires ? De la théorie à la pratique

Epargnez sur vos frais bancaires !

A lire également