Bourse : la prudence est mère de sûreté, la FED est source d’anxiété

Bourse © stock.adobe.com
La Bourse de Paris se montrait prudente mercredi matin (-0,18%), les investisseurs attendant la fin de la réunion de la Fed et les chiffres du PIB américain pour recueillir davantage d’éléments sur les conséquences du coronavirus sur la première économie mondiale.

Publié le

OFFRE BOURSE DIRECT

Offre exceptionnelle Bourse Direct / 1000 euros offerts
Offre exceptionnelle Bourse Direct / 1000 euros offerts © Guide épargne / Bourse Direct

Notifications FranceTransactions.com
Pour ne rien rater de l'actualité des placements épargne, inscrivez-vous à nos notifications.

La Bourse de Paris prudente (-0,18%) avant la Fed

A 09H35 , l’indice CAC 40 perdait 8,31 points à 4.561,48 points. Mardi, il avait terminé en nette hausse de 1,43% à 4.569,79 points. La bourse de Paris est "dans l’attente de deux événements potentiellement explosifs : la première estimation de la croissance américaine pour le 1er trimestre 2020 et la réunion de la Réserve fédérale américaine", a rappelé dans une note John Plassard, spécialiste de l’investissement chez Mirabaud.
Très attendues, la publication du PIB américain ainsi que la réunion de la FED devraient donner les premières indications des conséquences de la crise du coronavirus sur l’économie américaine. La réunion du comité monétaire dela Fed doit s’achever ce mercredi et sera suivie par une conférence de presse de son président Jerome Powell. Mais elle "ne devrait pas aboutir à un changement de politique monétaire", a jugé Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Si labanque centrale ne devrait pas ouvrir la porte à des taux négatifs, elle devrait en revanche "fournir des indications précieuses sur l’évolution de la politique monétaire dans les mois à venir et, à cette occasion, il pourrait être fait mention d’un objectif explicite de taux de chômage",a-t-il affirmé.

Parmi les autres indicateurs, les investisseurs s’intéresseront également aux chiffres provisoires de l’inflation allemande pour le mois d’avril ainsi qu’au rapport hebdomadaire sur les stocks de pétrole aux Etats-Unis.

Côté microéconomie, la saison des résultats d’entreprises continuait à battre son plein.

  • Airbus prenait 0,13% à 52,95 euros, malgré une perte nette de 481 millions d’euros au premier trimestre, contre un bénéfice net de 40 millions d’euros un an plus tôt. Le groupe a dit constater "rapidement" les effets de l’épidémie de coronavirus dans ses comptes.
  • Carrefour était recherché (+2,46% à 13,73 euros), soutenu par une progression de son chiffre d’affaires au premier trimestre, marqué par une "très forte accélération" de son activité en mars en raison de l’épidémie de coronavirus, qui a profité à ses activités de proximité et en ligne.
  • M6 cédait 3,09% à 9,71 euros, affecté par l’annonce d’un plan de réduction de ses coûts sur ses programmes et sur l’ensemble de ses activités, après une baisse de 7,1% de son chiffre d’affaires aupremier trimestre en raison de l’épidémie de coronavirus.
  • Rémy Cointreau perdait 0,79% à 100,90 euros. Le groupe s’attend à un chiffre d’affaires divisé par deux entre avril et juin à cause de l’épidémie de Covid-19.
  • STMicroelectronics (+1,56% à 24,68 euros) a lui maintenu un objectif de 12 milliards d’euros de chiffre d’affaires à l’horizon 2021-22 malgré la crise liée à la pandémie de Covid-19.
  • Téléperformance bondissait de 7,91% à 206 euros, grâce à la publication d’un chiffre d’affaires en hausse de 6,4% à 1,3 milliard d’euros au premiertrimestre. Mais le groupe s’attend à un recul au second trimestre et compte réduire ses coûts.
  • SEB reculait de 2,72% à 114,50 euros. Le groupe a indiqué qu’il anticipait une baisse de son chiffre d’affaires d’environ 450 à 500 millions d’euros lors du 2e trimestre, dans la foulée d’une baisse d’activité au 1er trimestre de 15,6%, conforme aux attentes.
  • Verallia grimpait de 4,13% à 23,95 euros, après avoir vu ses ventes progresser de 1,9% au premier trimestre grâce à un début d’année dynamique. Mais l’entreprise s’attend à un recul des ventes à deux chiffresau deuxième trimestre en raison de la pandémie.
  • Manitou cédait 3,61% à 13,3 euros. Son chiffre d’affaires s’est effondré de 25% lors du premier trimestre, à 421 millions d’euros, et s’attend à ce que les perturbations liées à l’épidémie de Covid-19 durent "de nombreux mois" .

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Bourse : la prudence est (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également