Un rayon de soleil sur les places boursières, le CAC40 revigoré affiche (+4,74%), pour le moment...

La Bourse de Paris regagnait du terrain (+4,74%) vendredi matin, sous l’effet des mesures monétaires massives adoptées par plusieurs gouvernements et banques centrales, notamment la Banque centrale européenne, pour atténuer les effets de l’épidémie de coronavirus sur l’économie.
CAC40
Bourse © stock.adobe.com

Publié le

Lueur d’optimisme à la Bourse de Paris (+4,74%), apaisée par les Banques centrales

A 09H53 , l’indice CAC 40 gagnait 182,64 points à 4.038,14 points. La veille, il avait fini sur une progression de 2,68%. "Les dernières mesures des Banques centrales et des gouvernements, largement supérieures dans leur ampleur à celles prises initialement, ont un effet stabilisateur sur les marchés financiers", a estimé dans une note Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC. Après les mesures radicales de la Réserve fédérale américaine (Fed) puis le "bazooka" de la BCE, la Banque d’Angleterre (BoE) a annoncé jeudi l’abaissement surprise de son taux directeur de 0,15 point de pourcentage à 0,1%, un plus bas historique, tout en augmentant son programme de rachat d’actifs de 200 milliards de livres (216 milliards d’euros environ).

La Banque de Norvège a elle aussi ramené vendredi son taux directeur à un plus bas historique, à 0,25%. En outre, la Fed a annoncé jeudi toute une série d’accords, dits de"swap", pour permettre à ses homologues du Brésil, du Mexique, d’Australie, de Nouvelle-Zélande, du Danemark, de Corée du sud, de Norvège, du Danemark, de Suède et de Singapour d’accéder facilement à des dollars. Au même moment, la majorité républicaine du Sénat américain présentait des mesures de relance de l’économie d’environ 1.000 milliards de dollars. Mais "cette séance a tout du piège", prévient toutefois M. Le Liboux, car "c’est une séance des +quatre sorcières+, c’est-à-dire d’échéances des contrats mensuels et trimestriels sur les options etfutures, ce qui promet de la volatilité et des volumes élevés dans le contexte actuel".

"De manière générale, les marchés actions, même en cas de rebond à très court terme, devraient rester sous très forte pression", selon lui, d’autant que la "chute des cours ne reflète pas encore (la) forte baisse à venir des résultats (des entreprises) cette année". Dans une tribune à paraître vendredi dans plusieurs journaux européens, la présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde a dit s’attendre à une récession "considérable" en zone euro en raison de l’impact de l’épidémie.

Si l’Europe reste en première ligne du combat contre l’épidémie de coronavirus - le nombre de décès en Italie, plus de 3.400, dépassant désormais celui de la Chine -, le monde ne cesse de renforcer les mesures de précaution contre le virus, à l’instar de la Californie ou de l’Argentine qui ont à leur tour décrété le confinement "préventif et obligatoire" de la population. En matière d’indicateurs, les prix à la production en Allemagne et les ventes de logements dans l’ancien aux Etats-Unis, tous deux pour février, sont àl’agenda.

  • Côté valeurs, l’aérien continuait de reprendre du poil de la bête, à l’image d’Airbus (+15,06% à 61,82 euros), ADP (+14,75% à 95,70 euros) et Air France-KLM (+4,90% à 4,77 euros).
  • Casino prenait 2,19% à 34,46 euros après que le groupe de distribution a annoncé vendredi avoir cédé le périmètre français de son enseigne discount Leader Price à l’allemand Aldi, avec qui il était en négociations exclusives depuis l’automne, pour un montant de 735 millions d’euros.
  • La Française des Jeux progressait de 3,24% à 19,10 euros. Le groupe prévient vendredi que l’épidémie de Covid-19 affectera "significativement" son exercice 2020, notamment en réduisant de façon importante les mises sur les paris sportifs et du fait de la suspension, par précaution, d’un jeu de loterie.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Un rayon de soleil sur (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également