PEA-PME & EuroCroissance : deux tentatives, deux flops, pour le moment

Publié le

Pas facile de lancer de nouveaux types de placement ! Si le PEA-PME a bien débuté, l’engouement s’est rapidement estompé. Côté EuroCroissance, la situation est encore plus critique, les professionnels eux-même ne sont pas convaincus par ce placement !
PEA-PME & EuroCroissance : deux tentatives, deux flops, pour le moment
©stock.adobe.com

Les deux nouveaux placements lancés par le gouvernement actuel, le PEA-PME et les fonds eurocroissance ne peinent pas à séduire... Ce sont de véritables flops.

PEA-PME : 309 millions de collecte en 18 mois...

Le pea-pme collecte en 18 mois autant que l’assurance-vie en une semaine !

Si le premier a pourtant reçu la faveur des professionnels de l’investissement, l’emballement des débuts a été de courte durée. Le PEA-PME pointe au niveau des abonnés absents en matière de collecte depuis 18 mois. A peine 310 millions d’euros de collecte, c’est une misère. L’assurance-vie collecte 2 milliards d’euros par mois, soit 100 fois plus.

EuroCroissance : le seul fonds attractif est une conversion d’un fonds existant

Du côté de l’EuroCroissance, ce sera sans doute pire. En effet, même sur le papier, l’épargnant n’a que peu d’intérêt de se lancer dans cette aventure. Hormis des indices de rendement avec la reconversion surprenante d’un fonds à risque existant en EuroCroissance chez Cardif -* BNP Paribas, le rendement réel d’un fonds eurocroissance ne peut être connu qu’à l’échéance, soit 8 ans minium.

Le seul support performant est un recyclage d’un fonds de BNP Paribas qui affiche un rendement venu d’un autre monde (+5.89% en annualisé sur 4 ans), est complètement en dehors du marché. Il est d’ailleurs surprenant que les autorités de contrôle n’interviennent pas pour clarifier cette situation. De nombreux épargnants pensant faire une bonne affaire avec ce support... Rien n’est moins sûr. Les performances passées ne préjugent en rien des performances à venir, c’est d’autant plus vrai que les rendements passés peuvent être remis en cause, jusqu’à l’échéance du placement, puisque c’est seulement le rendement sur l’ensemble des 8 années qui sera versé au final. De quoi prier pour que les marchés financiers ne dévissent pas dans les 4 prochaines années... L’histoire boursière montre que la fréquence des cracks boursiers suit un rythme moyen de 7 années, dommage.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article PEA-PME & EuroCroissance : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également