Épargne : 585 milliards d’euros dorment sur les comptes à vue des Français à fin juin 2019

Publié le

Les Français sont de grands épargnants, avec les Allemands, ils sont même les champions en Europe. La Banque de France a publié ses derniers chiffres à fin juin 2019. Les liquidités continuent de s’accumuler sur les comptes à vue des Français. La faiblesse des rendements de l’épargne sans risque est en cause bien-sûr, mais ce n’est certainement pas la seule raison.
Épargne : 585 milliards d'euros dorment sur les comptes à vue des Français à fin juin 2019
Epargnant endormi sur son ordinateur, pensant à son épargne © fotolia.fr

585 milliards d’euros, même placés à 0.50% brut, cela représenterait pas moins de 2.93€ milliards d’intérêts bruts... L’algèbre peut faire facilement rêver mais n’est évidemment pas le reflet de la réalité. Les Français ne souhaitent pas, et ne peuvent sans doute pas non plus, placer toutes leurs liquidités. Sur le compte à vue, ou sur un livret épargne, ces liquidités constituent la nécessaire épargne de précaution.

Toujours plus d’épargne de précaution

Pour de nombreux Français, compte-tenu de la faiblesse des rendements de l’épargne sans risque, laisser son argent dormir sur son compte à vue, n’est pas un crime de lèse majesté. Augmenter son épargne de précaution en plaçant sans risque est un réflexe naturel en cas de périodes incertaines.

  • Un effet gilets jaunes ? Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’Épargne, de son côté pense que cette non gestion des liquidités est davantage liée à un report de consommation. Ainsi, "Avec la crise des gilets jaunes, de nombreux ménages ont reporté des achats en particulier durables, ce qui a conduit à augmenter la poche d’épargne de précaution." selon lui.
  • Impact du prélèvement à la source ? La mise en place du prélèvement à la source a également changé quelques habitudes de gestion budgétaire. Les épargnants les plus aisés, épargnant le plus, et étant donc les plus imposés, n’étaient pas forcément mensualisés, bien au contraire. Gestion de trésorerie oblige. Le prélèvement mensuel lié au nouveau mode de perception de l’impôt peut ainsi également influencer la gestion des liquidités. Sur le fil de l’année, cet encours de liquidités sur les comptes à vue devrait s’abaisser, comme le montre du reste déjà le second trimestre 2019 ().
  • S’endetter plutôt que de puiser dans ses liquidités ? Les Français continuent de s’endetter lourdement, préférant ainsi préserver ainsi leur épargne. Le taux d’endettement en France grimpe encore, selon les derniers chiffres de la Banque de France publiés le 20 août 2019. Ainsi, en France, le taux d’endettement des ménages est de 60% du PIB, le taux le plus élevé d’Europe. Une situation due à la faiblesse historique des taux de crédits en France.

Taux négatifs : des craintes de facturation pour les dépôts sur les comptes à vue ?

Avec la politique de taux négatifs de la BCE, les banques pourraient prochainement appliquer des frais sur les dépôts dépassant le niveau de garantie bancaire, à savoir 100.000€. Le montant conséquent dormant sur les comptes à vue pourrait attirer les banques de détail, en proie à de sévère baisses de revenus sur leurs activités de détail. La chute des profits sur les crédits, liée aux taux de crédits historiquement bas, notamment dus à la forte concurrence que se portent les banques, devrait être à terme compensée par une autre source de revenus.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Épargne : 585 milliards (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également