La folie SCPI est de retour : nouveau record de collecte sur le premier semestre 2019

Publié le

Qui a dit que les épargnants Français n’aimaient pas prendre des risques ? Les SCPI, et dans une moindre mesure, les OPCI, battent de nouveau record de collecte. 2019 s’annonce commune année historique pour les SCPI, comptabilisant au total pas moins de 60 milliards d’encours. Un engouement qui frise l’inconscience... Pour ce placement très long terme, non dénué de risques.
La folie SCPI est de retour : nouveau record de collecte sur le premier semestre 2019
SCPI 2019 © Fotolia.fr/FranceTransactions.com

La collecte en SCPI explose de +78%

Selon l’ASPIM, l’association comptabilisant le plus grand nombre de sociétés de gestion membres en France, les SCPI ont collecté un total inédit de 4,3 milliards € (soit une progression de 78 % par rapport au premier semestre 2018 qui totalisait 2,4 milliards €). Ce volume dépasse de 12% le record du premier semestre 2017 (3,8 milliards €). Toujours au cours du premier semestre, les SCPI ont réalisé pour un total de 3,6 milliards € d’acquisitions et 568 millions € de cessions. Les acquisitions se sont orientées principalement vers les bureaux (62%), les locaux commerciaux (11%), et l’hôtellerie (7%), d’abord en l’Ile-de-France (47%, dont 16% à Paris) puis à l’étranger (34%, dont la moitié à destination de l’Allemagne) et en régions (19%). Les cessions ont concerné essentiellement des bureaux franciliens situés en dehors de Paris (59%).

« L’année 2019 s’annonce d’ores et déjà comme historique pour les SCPI. Sur une année glissante, leur collecte nette avoisine les 7 milliards d’euros et leurs investissements totalisent 7,5 milliards d’euros », selon l’association. La capitalisation des SCPI dépasse désormais les 60 milliards d’euros (52,8 milliards au premier semestre 2018).

Au cours de ce semestre, les SCPI ont réalisé pour un total de 3,6 milliards euros d’acquisitions et 568 millions d’euros de cessions. Les acquisitions se sont orientées principalement vers les bureaux (62%), les locaux commerciaux (11%), et l’hôtellerie (7 %), d’abord en l’Ile-de-France (47 %, dont 16 % à Paris) puis à l’étranger (34 %, dont la moitié à destination de l’Allemagne) et en régions (19 %). Les cessions ont concerné essentiellement des bureaux franciliens situés en dehors de Paris (59 %).

Pour Véronique Donnadieu, Déléguée générale de l’ASPIM, « Dans un environnement de taux d’intérêt historiquement bas, déjà très favorable à l’investissement dans la pierre, la grande régularité des performances des fonds immobiliers non cotés explique l’intérêt actuel des épargnants pour cette catégorie de placement. Les sociétés de gestion ont été très actives sur le marché de l’investissement, poursuivant la diversification de leur portefeuille et accompagnant le développement des territoires.  »

Collecte sur les OPCI Grand Public

Les souscriptions nettes des 18 OPCI Grand Public ont atteint 1,23 milliard € au cours des six premiers mois de l’exercice 2019 contre 1,13 milliard € au 1er semestre 2018, soit une progression de 9%. Sur les 12 derniers mois, la collecte des OPCI « Grand Public » s’est établie à 2,25 milliards €.

Au total, la collecte nette cumulée des SCPI et OPCI Grand Public a atteint 5,5 milliards € au cours du 1er semestre 2019, soit une hausse de 56 % par rapport aux six premiers mois de 2018 (3,5 milliards €).

Et les performances 2019 ?

Côté performances 2019, la moyenne arrêtée au 30 juin 2019 semble relativement stable pour l’immobilier d’entreprise, autour des 4.50% brut. Du côté des OPCI, rien de attractif une nouvelle fois, puisque les gestionnaires n’ont visiblement pas profité de la bonne tenue des marchés financiers au premier semestre, le taux moyen ressort à 1.10% sur le premier semestre 2019.

Capitalisation

La capitalisation des SCPI atteignait les 60,3 milliards € au 30 juin 2019 (contre 52,8 milliards € douze mois auparavant, soit une hausse de 14% en un an, et 55,4 milliards € au 31 décembre 2018, une hausse de 9% sur les 6 derniers mois). La capitalisation des SCPI Immobilier d’entreprise se monte à 56,4 milliards € au
30 juin 2019 (contre 48,8 milliards € douze mois auparavant, soit une hausse de 15% en un an).

L’actif net des OPCI Grand Public se montait à 16,6 milliards € au 30 juin 2019 contre 14,1 milliards € au 30 juin 2018 (soit une hausse de 17 % en un an) et 15,1 milliards € au 31 décembre 2018 (soit une hausse de 10% sur les 6 derniers mois).

Au 30 juin 2019, la capitalisation cumulée des SCPI et OPCI s’élevait à 76,9 milliards €, contre 66,9 milliards € au 30 juin 2018 (+15 % en un an) et 70,5 milliards € au 31 décembre 2018 (+9 % sur 6 mois).

Attention, comme tout placement dans l'immobilier, les SCPI sont des placements à risques de perte de capital.
  • Risque de perte en capital : le prix des parts de SCPI peut varier à la hausse, comme à la baisse. La valorisation des parts de SCPI dépend des conditions du marché de l'immobilier, sans tenir compte de la qualité intrinsèque des biens détenus.
  • Risque de rendement : aucun rendement n'est garanti. Une SCPI peut ne pas servir le moindre rendement. Les performances passées ne préjugent strcitement en rien des performances à venir.
  • Risque d'illiquidité : En achetant des parts de SCPI en direct, vous n'êtes pas certain de pouvoir les revendre. Les cessions peuvent être organisées par le gestionnaire, mais restent de gré à gré. En cas de retournement du marché de l'immobilier, vous ne pourrez probablement pas revendre vos parts (hormis investissement via un contrat d'assurance-vie, l'assureur prenant à sa charge ce risque d'illiquité).
  • Risque de crédit : le financement de parts de SCPI à crédit représente une prise de risque importante, fortement déconseillée aux investisseurs n'ayant pas le capital nécessaire pour solder le crédit à tout moment.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article La folie SCPI est de retour : : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également