Bourse : les courtiers en ligne ne connaissent pas la crise !

Publié le

Malgré la crise qui a agité la Bourse en 2011, les courtiers en ligne ont tenu le coup. Les boursicoteurs,à l’image des meilleurs Traders n’hésitent pas à saisir les opportunités de ses périodes de volatilité ...

Bourse : l’activité des courtiers reste stable malgré la crise

Si l’année 2011 a été marquée par une crise boursière, cela n’a, en tout cas pas affecté les courtiers en ligne, puisque 11,6 millions d’ordres ont été exécutés en France l’année dernière, contre 11,5 millions en 2010, d’après l’Acsel qui s’occupe de référencer les données des principaux courtiers.

"Les investisseurs ont acquis une certaine maturité avec les crises depuis la bulle Internet. Les plus actifs restent en bourse même quand elle baisse, essayant de tirer profit de la volatilité", souligne Benoît Grisoni, directeur des activités de boursorama en France.

En effet, les périodes de crise sont des périodes de très grande volatilité et donc mécaniquement des moments où de très grosses plus-values peuvent être effectués rapidement.

Ce qui a changé depuis quelques années, c’est que les périodes de crise étaient surtout exploitées par les "traders professionnels" alors que les boursicoteurs préféraient rester tranquille. Aujourd’hui tout le monde participent à l’embellie.

L’été 2011 marqué par la crise de la dette souveraine en Europe aura par exemple été une période particulièrement florissante pour les "brokers".

L’activité du courtage en ligne

Annéenombres d’ordres
exécutés (en millions)
2001
8,6
2002
6,6
2003
6,9
2004
6,6
2005
8,8
2006
12,4
2007
13,6
2008
11,8
2009
12,5
2010
11,5
2011
11,6

Bourse : les nouveaux investisseurs se font attendre...

En revanche, comme en atteste la relative stabilité des ordres depuis 2006, les courtiers ont de plus en plus de mal à attirer de nouveaux clients. Une situation qui s’explique par des enchaînements de crises qui rendent les petits épargnants craintifs.

Pour que la situation change, "il faudrait que le cac 40 ait une tendance haussière pendant plusieurs mois", explique Pascal Donnais, président du directoire de fortuneo.

Afin de remédier au problème, les principaux courtiers essayent de diversifier leur offre grâce à des produits d’épargne (livrets, etc.) mais aussi financier comme les CFD (des produits dérivés qui imitent les cours d’un actif ou d’un produit, combiné avec des effets de levier importants).

Un marché florissant qui a explosé l’année passée avec une croissance de 48 % et qui concernerait plus de 16 000 traders en France, d’après une étude du cabinet Investment Trends.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Bourse : les courtiers en (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également