Réforme des retraites 2013 : la non-réforme du gouvernement

Publié le

Hier soir, le gouvernement a dévoilé les caractéristiques de la prochaine réforme des retraites qui n’a de réforme que le nom. Focus sur les changements à venir.
Réforme des retraites 2013 : la non-réforme du gouvernement
©stock.adobe.com

On attendait une réforme structurelle, c’est finalement un pansement que nous a proposé le gouvernement hier soir, pour maintenir en vie le système des retraites, mais pour combien de temps encore ?

Un rafistolage rapide pour que le système tienne tant bien que mal jusqu’en 2020, date à laquelle la courbe démographique s’inversera et où la génération de baby-boomers ne devrait plus peser sur le déficit de la sécurité sociale.

La réformette des retraites en trois petits points ...

Les concertations avec les représentants des principaux syndicats et des organisations patronales ont donc débouché sur une "réformette" articulée autour de trois points principaux :

  • L’augmentation des cotisations vieillesses payées par les entreprises et les travailleurs, sur 4 ans : +0,15 point en 2014, puis +0,05 point en 2015, 2016 et 2017, soit 0,3 point supplémentaire en tout. "Ce sont donc les cotisations sociales qui seront sollicitées à un faible niveau et progressivement. C’était d’ailleurs les vœux des organisations syndicales de salariés", a indiqué Jean-Marc Ayrault.
  • La hausse de la durée de cotisation, à 43 ans en 2035. La durée de cotisation qui sera de 41 ans et trois trimestres en 2020 pour obtenir une retraite à taux plein, passera à 42 ans en 2023, 42 ans et un trimestre en 2026, 42 ans et demi en 2029, 42 ans et trois trimestres en 2032, et 43 ans en 2035. "C’est ma responsabilité de rétablir durablement l’équilibre financier de nos régimes de retraite. Et pour y parvenir, il n’est pas d’autre solution que d’allonger la durée de cotisation nécessaire pour bénéficier d’une pension à taux plein", a affirmé le Premier ministre.

A titre d’exemple, un jeune terminant ses études à 23 ans ne pourra donc partir en retraite qu’à partir de 66 ans pour une retraite à taux plein.

  • La mise en place d’un compte pénibilité à partir de 2015, qui sera "financé par une cotisation des employeurs : une cotisation minimale de toutes les entreprises et une cotisation de chaque entreprise tenant compte de la pénibilité qui lui est propre", a expliqué le chef du gouvernement.

Réforme des retraites 2013 : 7,3 milliards d’économie en 2020

Au total, c’est près de 7,3 milliards d’euros qui devraient être économisés en 2020, dont 4,4 milliards en provenance de la hausse des cotisations vieillesses. Une somme qui compensera presque le déficit du régime général évalué à 7,6 milliards d’euros en 2020.

Le gouvernement a donc décidé de ne pas augmenter la csg ou l’âge légal de départ à la retraite et de ne pas mettre le capital à contribution. Le projet de loi va maintenant être transmis aux caisses de sécurité sociale et au Conseil d’Etat pour avis, avant une présentation en Conseil des ministres le 18 septembre prochain.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Réforme des retraites 2013 : : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également