Taux d’intérêts : 100% de hausse en quelques jours, sans panique, pour le moment...

Publié le

Le second semestre a démarré sur les chapeaux de roues pour les taux d’intérêts. Alors que l’inflation peine à faire son retour, les taux d’intérêts sur les emprunts d’Etat se sont rapidement tendus, pour prendre pas moins de 100% de hausse, notamment sur le Bund allemand. De quoi surprendre... Mais pas de panique pour le moment, les taux restant sur des niveaux bas.

Banques centrales : la fin de la récréation semble être pour bientôt

Les banquiers centraux changent de ton. Fini l’argent gratuit pour les banques ? Pas tout de suite, mais la BCE et la FED commencent à préparer les esprits. Shooter l’économie à coup de taux d’intérêts négatifs ne donne pas de si bons résultats que cela en Europe, l’économie affiche un meilleur profil, mais aucune forte reprise.

BCE : la fin des rachats d’actifs

Le compte rendu de la dernière réunion de la Banque centrale européenne, montre que l’institution n’exclut plus de renoncer à sa promesse d’augmenter ses rachats d’actifs en cas de besoin, ce qui a contribué à la baisse des marchés actions. A l’issue de la publication du compte rendu de la Banque centrale, le rendement du Bund à dix ans a franchi le seuil du 0,56%, une première depuis janvier 2016. Le rendement de l’obligation française de même échéance a dépassé 0,92%, un plus haut de onze semaines.

Taux d’intérêt : retour au niveau de janvier 2016

Evolution du taux allemand 10 ans Bund
Evolution du taux allemand 10 ans Bund © Source grahique : Bloomberg copie d'écran

Cette hausse des taux est même assez spectaculaire même si les niveaux absolus restent historiquement très bas. En Allemagne par exemple, le taux de référence, le taux d’emprunt d’état à 10 ans a doublé en quelques jours et on se retrouve à nouveau au niveau de Janvier 2016. En France, le taux à 10 ans se rapproche des 1% balayant l’effet Macron post-élections. Aux États-Unis, alors qu’on se traînait tout juste au-dessus des 2%, on se rapproche des 2.5%. Pas de panique pour l’instant, on ne peut pas parler de krach obligataire mais c’est un véritable réajustement, un retour à la normale après des années de taux nuls ou presque. Bien évidemment, il suffirait de quelques chiffres économiques décevants pour que cette hausse des taux s’évapore à nouveau mais on sent tout de même que les investisseurs anticipent un environnement de taux plus élevés.

La crise de la dette, comme un boomerang ?

Taux OAT 10 ans
Taux OAT 10 ans © Source graphique : Bloomberg copie d'écran

La France n’a pas fait la moindre action positive pour sa dette. Cette dernière n’a fait qu’amplifier. La seule action possible serait de ralentir l’agrandissement du gouffre, selon nos politiques de tous bords. Le nouveau gouvernement ne pourra évidemment rien faire de mieux, l’inertie étant trop importante pour changer de cap. A la recherche d’économies supplémentaires, le gouvernement d’Edouard Philippe devrait probablement provisionner davantage pour financer cette dette abyssale, en cas de remontée des taux d’intérêts de façon durable. Les USA de leur côté devraient augmenter leurs taux à deux reprises sur le semestre, des hausses à attendre donc également du côté de l’Europe.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Taux d'intérêts : (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également

Enregistrer au format PDF Téléchargez cet article (PDF)