Epargne/prévoyance : Ne pas confondre assurance-vie et assurance-décès !

Publié le

La langue française regorge de faux-amis. Ainsi l’assurance-vie n’a rien d’une assurance sur la vie, et l’assurance décès n’a rien d’une assurance contre le décès... Détails de deux produits financiers qui n’ont rien de commun.
Epargne/prévoyance : Ne pas confondre assurance-vie et assurance-décès !
©stock.adobe.com

Placement : l’assurance-vie

Placement particulièrement apprécié des Français, l’assurance-vie est bien plus qu’un outil de transmission de capital (assurance-vie en cas de décès). C’est également un très bon système d’épargne (l’assurance-vie en cas de vie).

Quelque soit la finalité du placement pour l’assuré, le contrat d’assurance-vie permet de constituer ou faire fructifier un capital. Il est possible de détenir un ou plusieurs contrats d’assurance-vie.

Il n’est en rien une assurance sur la vie.

Au terme du contrat si l’assuré est toujours vivant il pourra récupérer son capital afin de réaliser des projets, ou s’il décède avant la fin du contrat c’est alors le ou les bénéficiaires qui récupèrent le capital.

Le contrat d’assurance-vie est alimenté par des versements libres ou réguliers en plus du versement initial, sans aucun plafond de dépôt. Fiscalement intéressant, le contrat d’assurance-vie permet au bout de huit d’être totalement exonérés d’impôts sur les plus-values. Néanmoins le souscripteur peut à tout moment récupérer son capital en partie ou dans totalité, grâce aux rachat partiel ou total. Il devra alors s’acquitter de la fiscalité en vigueur selon la durée d’existence de son contrat. C’est également un moyen très efficace pour soustraire une partie de son capital aux droits de succession voir la totalité pour certains moments versés avant 70 ans.

Deux types d’investissement sont envisageables, soit sur un fonds euros garantissant la sécurité du capital, soit en unité de compte (actions, obligations…) bien plus risqué, mais potentiellement plus rentable.

Prévoyance : l’assurance-décès

Beaucoup moins connue et souscrite que l’assurance-vie, l’assurance-décès est un contrat dit de prévoyance.

Contrairement à l’assurance-vie, le contrat d’assurance décès est un véritable contrat d’assurance c’est-à-dire que ces avantages n’entrent en jeux qu’en cas de "sinistre", c’est-à-dire accident, invalidité et décès dans ce cas de figure.

L’assuré souscrit à une assurance décès dans l’unique but de protéger ses proches au moment de sa disparition. Il permet de libérer les proches des soucis financiers des obsèques.

L’assuré verse une prime annuelle ou unique, qu’il ne récupérera pas, en échange de quoi en cas de décès, les bénéficiaires bénéficieront d’un capital dont le montant est connu dès la souscription.

Il existe deux formules d’assurance décès :

  • L’assurance décès temporaire : le capital est versé aux bénéficiaires si le décès de l’assuré survient avant une date déterminée.
    Si à l’échéance l’assuré est toujours en vie, l’assureur est totalement dégagé de toute obligation. Le capital est alors perdu par l’assuré.
  • L’assurance décès permanente ou "vie entière" : le versement du capital est garanti, lors du décès de l’assuré, indépendamment du moment de sa survenue.

L’assurance décès est parfois proposée en complément de certains contrats d’assurance-vie ou de complémentaire santé.

Afin d’obtenir un comparatif d’assurance décès complet vous pouvez consulter le site NotreAssurancen, tout sur l’assurance décès

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Epargne/prévoyance : Ne (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également