51% des épargnants inquiets de la santé financière des assureurs

Publié le

La limitation des retraits des contrats d’assurance-vie, adoptée par les députés récemment, confirme l’existence d’un doute de viabilité financière des assureurs en cas de forte remontée des taux d’intérêts. Les épargnants sont majoritairement inquiets et redoutent la faillite des assureurs en cas de crise obligataire, à près de 51%, selon notre questionnaire en ligne, effectué auprès de nos lecteurs.

Une forte remontée des taux d’intérêts pourrait-elle faire écrouler le système financier actuel ?

Largement décriée, la politique de taux bas des banques centrales serait l’origine de tous nos soucis à venir. La remontée des taux d’intérêts est inéluctable. Les USA s’apprêtent à relever leurs taux directeurs, de façon très graduelle. La hausse des taux obligataires souverains est déjà d’actualité en Europe. Les taux allemands sont de nouveaux positifs, et les taux OAT (en moyenne mensuelle) de la dette française grimpent également, lentement mais surement. Effet collatéral, les taux des crédits immobiliers proposés aux particuliers sont également orientés à la hausse ces derniers jours.

Une hausse prononcée des taux d’intérêt, c’est un souci majeur pour les assureurs, dont les fonds en euros sont principalement investis en obligations. Une remontée de taux, c’est une baisse des prix des obligations. Or si les épargnants demandent massivement le retrait de leurs fonds en euros pour placer à meilleur rendement sur d’autres supports, c’est une crise de trésorerie ingérable pour les assureurs, à court-terme, et donc à une faillite potentielle.

Ce scénario noir, tout le monde en est conscient. Nos députés ont semblé vouloir prendre les devants en demandant la suspension temporaire des retraits des contrats, afin de sauver les assureurs. Le montage financier des fonds en euros est totalement incompatible avec des variations extrêmes de taux d’intérêts. C’est bien pour palier cette ingénierie financière défaillante qu’anticiper le pire permettrait de sauvegarder l’existant.

  • 51% des épargnants inquiets d’une faillite à court ou long terme des assureurs

D’après les réponses fournies au questionnaire en ligne du Guide Indépendant de l’Epargne, une courte majorité des épargnants sont réellement inquiets pour la santé financière des assureurs. Si au total, près des trois-quarts reconnaissent que les assureurs-vie doivent évoluer à terme, plus de 20% pensent qu’aucune alerte n’est à lancer.

  • un quart des épargnants alarmistes à court-terme

24.43% des épargnants sont alarmistes pour des difficultés financières à court terme des assureurs, ils sont également 27.14% à penser que les soucis arriveront plus tard, dans un horizon d’une dizaine d’années. A l’inverse, 22.62% pensent que rien n’est alarmant pour les assureurs et restent confiants dans l’avenir.

A noter, que pas moins de 25,9% des épargnants, soit 1 sur 4, n’a pas opinion précise sur les menaces potentielles qui pourraient peser sur le système financier actuel.

Rappel : une enquête en ligne n’a pas valeur de sondage représentatif au niveau national

Ces chiffres sont issus d’un questionnaire en ligne, mis à disposition auprès des lecteurs du site FranceTransactions.com, du 4 septembre au 4 octobre 2016, 221 réponses ont été collectées. Les résultats ne peuvent être considérés comme représentatifs d’une moyenne nationale, aucun échantillonnage des votants n’étant effectué.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article 51% des épargnants inquiets : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également