Crédit/Taux d’intérêt : Point central de l’économie moderne

Publié le , mis à jour le

Monnaie, Epargne, Investissement, Parités des devises, point commun : le taux d’intérêt. Qu’est ce qu’un taux d’intérêt ? Quels sont ses objectifs ?, focus ...

Taux d’intérêt : l’ami du crédit

Le crédit se définit comme un financement destiné à couvrir tout ou partie d’un bien (immobilier ou de consommation). Celui-ci est fixé dans le temps sous forme d’un contrat entre prêteur et emprunteur. Par la suite, le remboursement s’effectue par mensualités ou par anticipation.

Rares sont les gestes philanthropiques qui assurent à l’emprunteur de ne payer aucuns intérêts. Certes dans le cadre familiale, la pratique est courante néanmoins la fameuse "Tante Ginette" le fait gentiment pour les petits montants. Sachez toutefois que le prêt amical ou famillial de plus de 760€ (hors intérêts éventuels) nécessite une déclaration auprès des services de l’Etat.

Crédit : un outil de relance économique

Le marché du crédit ou marché de la dette est devenu depuis un grand outil de consommation déterminant pour notre économie, une manne de plusieurs milliards d’€ gérée par une multitude de banques ou d’établissements spécialisés.

Depuis sa création à nos jours, le crédit a évolué, en premier lieu acte motiver par l’échange, au fil du temps le prêt est fortement assimilé à la création de monnaie et l’émergence du taux intérêt. En effet, que ce soit sur une courte ou longue durée, l’argent octroyé est soumis à une rémunération au bénéfice du prêteur. (à bien différencier du [a[taux d’intérêt]a] de l’épargne au bénéfice de l’épargnant).

Taux d’intérêt : indice synthétique de rentabilité

Le [a[taux d’intérêt]a] est un indice synthétique qui détermine donc une rentabilité.
Lorsque ces organismes accordent un prêt, son taux est déterminé par différentes variables, la nature du projet, la somme empruntée, le profil du client (rémunération, CSP...), le risque (évaluation du potentiel des aléas de non remboursement), la marge commerciale et enfin la durée !

Cependant, ceci n’est que la face visible de l’iceberg. Outre, les conditions de fixation du taux qui sont inhérentes à chaque établissement (dans les limites d’usure définies par la loi), comme une marchandise, l’argent est acheté sur les marchés interbancaires.

A chaque prêt son indicateur, pour les crédits à la consommation ou les taux variables des crédits immobiliers, ceux-ci suivent l’évolution des taux à court terme (euribor 3 mois ou 1 an), en ce qui concerne les taux fixes, eux suivent l’évolution des taux à long terme (OAT 10 ans) qui reflète le taux auquel l’Etat français emprunte sur 10 ans.

Taux d’intérêt : le point central de l’économie moderne

La rencontre de l’offre et de la demande sur ces marchés se répercute fatalement sur le niveau des taux. Par ailleurs, les politiques monétaires initiées par les banques centrales sont intimement liées à ses marchés et donc aux politiques économiques.

A ce titre, les politiques monétaires sont des mécanismes de régulation d’inflation ou de contrôle des changes. Ainsi, les taux élevés encouragent les ménages à épargner plutôt qu’à consommer ou incitent les entreprises à différer leurs dépenses. Les taux "neutres" écartent les risques d’inflation, sans pour autant étouffer la croissance économique et favoriser le chômage. Enfin les taux faibles encouragent les futurs emprunteurs mais se répercutent sur les intérêts de l’épargne.

Un casse tête pour nos politiques, véritable point fondamental de notre économie moderne !

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Crédit/Taux d'intérêt : : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également