Emprunter via un prêt étudiant pour placer son argent ? Une vraie fausse bonne idée ?

Emprunter pour placer, une idée répandue parmi les étudiants © FranceTransactions.com/stock.adobe.com
Beaucoup d’étudiants envisagent d’emprunter via un prêt étudiant. L’idée est évidemment de financer leurs études. Certains envisagent toutefois une toute autre utilisation de cet argent emprunté à bon compte. Une bonne idée ?

Publié le

Cette idée émerge régulièrement sur les forums et réseaux sociaux. Avec des taux de prêts au tapis, emprunter pour placer, comme si cela apparaissait comme étant un bonne astuce financière. Un retour à la réalité s’impose.

Prêt étudiant, de bons plans !

Les taux proposés pour les prêts étudiants sont effectivement attractifs. Dans notre comparatif des taux de prêts étudiants, certains proposent même un taux de 0% ! Certes, sur un montant limité à 5.000€, mais tout de même. Disons qu’au maximum vous pourrez emprunter au taux de 0.90% ou 1%. Ce prêt a pour finalité le financement de vos études supérieures. Mais vous vous dites, pourquoi ne pas emprunter un peu plus, afin de placer l’excédent, dont je ne n’aurais pas besoin... Une idée qui trotte dans la tête de nombreux étudiants.

Emprunter pour placer ?

Le raisonnement paraît simple. J’emprunte 40.000€à 0.90%, je n’ai besoin que de 25.000€ pour le financement de mes études, il me reste 15.000€ à placer sur quelques années. Il suffit donc que je trouve un placement avec un rendement supérieur à 0.90% afin de gagner de l’argent. Simple, rationnel. Toutefois, quelques bémols.

  • Premier bémol. Et de taille. Vous n’êtes pas sensé utiliser l’argent emprunté via un prêt étudiant à d’autres fins que celles de financer vos études.
  • Deuxième bémol. Votre TAEG de 0.90% s’entend hors assurance facultative. Si vous optez pour des assurances, votre TAEG final pourra aisément grimper. Les assurances facultatives (recommandées) oscillent entre 0.40% et 0.80% du capital restant dû. Le TAEG final sera donc, dans ce cas, au-delà des 1.30%.
  • Troisième bémol. Mais quel est donc ce placement sans risque proposant un rendement supérieur au prêt sur toute la durée d’emprunt ?

Mais pour placer où ?

C’est bien ici que cela risque de vraiment coincer. Avec un taux d’emprunt de 1%, il sera difficile de placer sans risque sur quelques années. Le livret A / LDDS plafonnent à 0.50%, soit la moitié du taux de rendement minimal à obtenir. Les fonds en euros ? Avec un bon rendement de 2% net, sous réserve que votre fonds euros ne s’écroule pas dans les 3 ou 4 années à venir... Vous aurez gagné 1% par an sur 15.000€, soit la bagatelle de 150€. Faisons fi de la fiscalité, imaginons que vous aviez un contrat d’assurance-vie de plus de 8 ans. Pour les investisseurs en herbe souhaitant gagner plus, hormis les placements boursiers (actions et autres), un piège grossier, car la prise de risques est bien trop importante et très fortement déconseillée, une autre idée pourrait venir à l’esprit.

La mauvaise idée serait alors de s’embarquer sur des SCPI, qui plus est, en direct. Placement très en vogue actuellement, rapportant un rendement élevé par rapport au taux d’emprunt, mais avec quelques inconvénients majeurs. Placement à risque de perte en capital, le plus souvent non liquide (surtout si la crise immobilière venait à frapper). Qui plus est, l’horizon de placement des SCPI est plutôt de l’ordre de 10 ans. D’ici là, vous serez entré dans la vie active, et ce bon plan d’étudiant n’aura plus aucun attrait à vos yeux. Si les taux de rendements des SCPI affichés semble alléchants, de l’ordre de 4, 5 voie 6%, il ne faut pas oublier que les frais induits sont de l’ordre de 6 à 12% (inclus dans le prix de la part). Ce qui veut dire que les deux ou trois premières années de placement ne servent qu’à payer les frais. Mais le pire dans tout cela, reste évidemment la prise de risques de perte en capital. Imaginez que le marché de l’immobilier s’écroule, que vos parts perdent 15% de leur valeur... Votre perte sera alors importante. Un bien mauvais départ dans votre vie active.

Au final, emprunter pour placer n’est définitivement pas le bon plan que beaucoup entrevoient. Et si d’autres empruntent pour investir sur des SCPI, c’est qu’ils ont un profil d’investisseur adapté, avec un horizon de placement de très long terme, et une capacité financière permettant une perte de capital importante. Tout l’inverse d’un étudiant...

En revanche, en attendant l’utilisation des fonds débloqués, un placement judicieux peut être effectué sur des offres de livrets épargne à taux boostés, pendant quelques mois seulement, à l’instar de l’offre actuelle du livret épargne DISTINGO de PSA Banque par exemple.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Emprunter via un prêt étudiant : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également