Assurance-Vie AFER : le taux 2019 du fonds euros en plongeon magistral

Taux fonds euros 2019 © FranceTransactions.com/stopck.adobe.com
Le taux 2019 du fonds euros du contrat AFER a été publié officiellement ce jour, le 14 janvier 2020. L’assureur AVIVA avait prévenu de son côté fin décembre en laissant entrevoir la valeur du taux... Aucune surprise donc ce jour. Le taux de 1.85% était déjà connu.

Publié le , mis à jour le

Aviva prépare les esprits, la chute sera lourde

Les assureurs prennent tour à tour la parole afin de prévenir les épargnants. Ces premiers comptent bénéficier de l’aubaine proposée par les autorités de contrôle, les incitant à abaisser fortement les rendements servis. Ainsi AVIVA ne prend pas de gants pour annoncer la chute des rendements de ses fonds euros. Face à l’environnement de taux négatifs qui entraîne une baisse de rendement des actifs, Aviva France abaisse le taux de rendement de ses fonds en euros 2019 jusqu’à 1 %. « Cette baisse représentera, en moyenne, une diminution de plus de 50 centimes du rendement par rapport à 2018 », a expliqué le groupe.

contrats d'assurance-vie assurés par AVIVA
Assurance-Vie Dépôt minimum à
l'ouverture du contrat
Dernier rendement fonds euros (1) Frais sur versement
fonds euros
Nombre
d'unité de
compte
AFER (Contrat AFER)100,00 €FONDS GARANTI AFER 1,85%
0.50 % (maximum)19
ASSURANCEVIE.COM (Evolution Vie)500,00 €AVIVA ACTIF GENERAL 1,76%
0.00 %110
AVIVA SELECTION INT 3 (Aviva Selection Int 3)3 000,00 €AVIVA ACTIF GARANTI 2,96%
4.31 % (maximum)46

(1) : Dernier rendement publié, net des frais de gestion du contrat sur le fonds en euros, bruts des prélèvements sociaux.

Fonds euros AFER : 1.85% pour 2019

En appliquant la baisse moyenne annoncé par Aviva, l’assureur du contrat d’assurance-vie AFER, le taux 2019 du fonds euros éponyme est bien de 1.85% brut, comme annoncé en fin d’année 2019, soit un taux net de 1.53%, prélèvements sociaux déduits. Un rendement encore supérieur à l’inflation (1%).

Les taux négatifs ont bon dos...

C’est évidemment un prétexte pour le moins surprenant, car les taux ne sont pas négatifs depuis 2019... Mais comme tout le monde en parle, pourquoi ne pas utiliser cet argument servi sur un plateau. Les assureurs auraient pu anticiper la situation en allant chercher du rendement sur l’immobilier, mais non. Laissons pourrir la situation. D’un autre côté, les provisions pour participation aux bénéfices continuent de s’amasser du côté des assureurs. Près de 5% de rendement de stocké, soit 60 milliards d’euros à fin 2019, selon les estimations de l’AFER. Et la pile grimpe d’années en années... Et tiens, justement, un arrêté pourra permettre aux assureurs, en cas de souci, de puiser dans ces PPB. Étonnant. On ne prendrait pas les épargnants pour des canards sauvages ?

Par ailleurs, certains autres fonds euros ne baissent pas en 2019, ou mieux encore, servent des rendements plus élevés qu’en 2018, à l’instar de la CARAC. Ne soyons pas dupes, il s’agit là évidemment d’un appel, car la mutuelle confirme qu’il faut bien s’intéresser à la diversification.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Assurance-Vie AFER : le (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

5 commentaires

  • C’est un peu facile de mettre tout sur le dos des assureurs. Les contraintes du régulateur (Solvabilité 2) sont tellement fortes. Regardez le coût en fonds propres d’une exposition immobilière par rapport à une OAT... il est tout simplement impossible de tout basculer sur cette classe d’actifs. De tout façon est ce que l’immobilier est vraiment la solution miracle ? ou une bulle de plus ?N’oublions pas qui est le principal coupable dans toute cette histoire. Si la BCE n’avait pas eu la mauvaise idée de passer ses taux directeurs en territoire négatif, on assisterait pas à la ruine de l’épargnant et du système financier. La banque centrale suédoise à remonter ses taux directeurs à 0 la semaine dernière afin d’arrêter les dégâts de la politique destructrice des taux négatifs. Voilà enfin une bonne idée ! En attendant, nos journalistes économiques en France vont continuer leur bashing des assureurs pendant que la BCE pousse les institutions financières et notre épargne au bord du précipice

    Répondre à ce message

  • Article surprenant, peut-être que le sujet n’est pas vraiment compris.
    "Les taux ne sont pas négatifs de cette année"... justement si ! Il me semble qu’on en a entendu parler cet été pour la première fois.

    Et la PPB sert justement aux assureurs à ne pas donner des taux négatifs, puisqu’ils ont stocké des bénéfices dessus par le passé. Et personnellement, je préfère avoir un peu moins mais régulier tout le temps, que des rendements en dents de scie. Sinon je n’aurais pas pris une assurance vie mais des actions !

    Une simple recherche Google permet de comprendre comment fonctionne la PPB et le projet en question : il s’agit de corriger une erreur d’affichage comptable (de ce que j’en comprends) pas de permettre de "puiser" dedans ! De toute façon, ce qui a été stocké dedans doit nous être redistribués dans les 8 ans.

    Bref, article à corriger il me semble.

    Répondre à ce message

    • Bonjour,

      Merci pour votre message.

      Non, les taux ne sont pas négatifs seulement depuis cette année. Une partie des taux de la dette française (OAT) étaient déjà négatifs déjà en avril 2017, cf cet article arrêtons de prendre les épargnants pour des abrutis. Le taux de la BCE de son côté portant sur le dépôt au jour le jour (celui que les banques seraient tenté de refacturer à leurs clients) est passé en négatif le 5 juin 2014 ! C’est le seul taux de la BCE négatif à ce jour... Donc tout cela ne date pas de 2019, loin de là !

      Et oui, vous n’en avez entendu parler que depuis cette année car l’emballement médiatique auprès du grand public a porté sur le fait que le taux OAT, échéance 10 ans, soit passé sous 0 en 2019. Un non-événement, mais repris par tous les médias. Dès lors on a pu lire toutes ces fadaises sur la dette gratuite de la France etc. Alors qu’évidemment, la France n’emprunte pas uniquement sur des échéances 10 ans. Mais bon, passons, nous n’allons pas refaire le monde, ni Google d’ailleurs. Ce que vous indique ce dernier n’est en rien un gage de qualité, c’est simplement ce que la majorité des lecteurs veulent lire. Ce qui ne valide en rien la véracité des informations publiées. Cependant, la PPB est bien mise en place par les assureurs, sur certains fonds euros uniquement, pour palier les trous d’air des rendements au fil des années.

      Ce que vous n’avez pas perçu dans cet article est que justement, ce matelas de protection, pourrait être utilisé par les assureurs en cas de coup dur, mais pour eux, pas pour les épargnants ! (il faut cliquer sur le lien dans l’article pour avoir le détail de cet arrêté) C’est à dire que votre matelas de protection, qui de votre point de vue, vous appartient, pourrait être utilisé par les assureurs pour leurs comptes propres, afin d’éviter de faire faillite (si toutefois cela reste possible).

      Pour être trivial, en cas de coup dur, les assureurs ont le droit de puiser dans votre poche, via cette PPB.

      Bien à vous

      Répondre à ce message

      • Vous avez raison. Le matelas servait à réguler la rentabilité du fonds Euros.

        Avec ces nouvelles mesures, l’assureur pourra puiser dans ce matelas pour éviter la faillite en cas de rachats importants sur les fonds Actions, liés à l’éventualité d’un effondrement boursier, suite aux incertitudes politique et économique de notre pays.

        Pourtant, vu les 10% de l’assurance vie investie moyennement sur les fonds Actions (d’après ce que j’ai entendu), ce risque de faillite ne me paraît pas très important, à moins que la situation financière réelle des assureurs, connue des Pouvoirs Publics, soit plus mauvaise que celle qui nous est communiquée.

        Répondre à ce message

Sur le même sujet

A lire également