Immobilier en Ile de France 3e trimestre : le volume de transactions s’est écroulé de -31% par rapport à T3 2019

une crise immobilière couve © FranceTransactions.com/stock.adobe.com
Sans surprise, le volume des transactions immobilières dans l’ancien en Ile de France s’est écroulé sur le 3e trimestre, incertitude sanitaire oblige, d’après les chiffres publiés par les Notaires du Grand Paris ce jour. Les prix restent de leur côté encore fermes, une légère baisse est constatée sur cette fin d’année. La baisse est attendue plus marquée début 2021.

Publié le

Les ventes s’écroulent au 3e trimestre du fait du 1er confinement

L’inertie est forte pour le marché de l’immobilier. Ce sont les visites d’aujourd’hui qui feront constater les transactions notariales dans quelques mois. A ce propos, les visites immobilières reprennent ce samedi 28 novembre, mais avec un protocole sanitaire tel (1 personne seule par visite, limitée à 30 minutes, pour un bien donné, une visite par demi-journée) que l’on se demande si visiter dans ces conditions est bien pertinent. Au 3ème trimestre 2020, les ventes de logements anciens ont reculé de 31% par rapport au 3ème trimestre 2019, conséquence directe du premier confinement. Pour les appartements, les prix sont en voie de stabilisation du 2ème au 3ème trimestre 2020.

Agences immobilières : réouverture ce 28 novembre au matin, mais avec de fortes restrictions

Redéconfinement en 3 étapes © FranceTransactions.com/stock.adobe.com

Marché de l’immobilier : les notaires s’attendent à un fort ralentissement

Interrogés ces tous derniers jours, le site des Notaires du Grand Paris indique les notaires franciliens sont 68% à déclarer avoir signé moins d’avant-contrats dans leur office et 86% à déclarer en recevoir moins d’agences immobilières, par rapport à la même période en 2019.Par ailleurs, dans cette enquête, 8 notaires franciliens sur 10 anticipent une baisse (modérée ou forte) de leur activité fin 2020 et début 2021, confirmant la fragilité accrue du marché immobilier, et l’attentisme des vendeurs comme des acheteurs.

Au total, pendant les 9 premiers mois de l’année 2020 et par rapport aux 9 premiers mois de 2019, les ventes ont reculé de 21% en Ile-de-France. En glissement annuel et sur les 12 derniers mois connus 152 000 logements anciens ont été vendus en Ile-de-France, soit 15% de moins qu’un an auparavant. Le niveau d’activité est comparable à celui des années 2014 ou 2015, mais loin des hauts niveaux de 2017, 2018 ou 2019 où 170 000 à 180 000 ventes ont été conclues chaque année.

Trois trimestres de baisses d’activité consécutives se succèdent. Au 1er trimestre 2020, le recul de 9% est imputable au confinement et à l’effondrement des ventes les deux dernières semaines de mars. La baisse du 2ème trimestre de 22% est la somme de deux dynamiques très différentes : avril où l’activité s’est effondrée puis mai et juin où elle a rebondi pour retrouver les niveaux de l’exceptionnelle année 2019.
Le marché parisien s’avère un peu moins résistant du 3ème trimestre 2019 au 3ème trimestre 2020. Les ventes y reculent de 34%. En Grande Couronne, la baisse des volumes de ventes (30% pour les appartements et 29% pour les maisons) est limitée à respectivement 7% et 13% par rapport à la moyenne des 3èmes trimestres de ces 10 dernières années.

Des prix en légère baisse

Les prix au m² progresseraient encore de septembre à novembre 2020, avant de s’éroder. D’octobre 2020 à janvier 2021, les prix des appartements anciens baisseraient de 0,8% en Ile-de-France. Cette évolution, qui se lit graphiquement, est d’ampleur très modérée (-0,5% en Petite Couronne et en Grande Couronne en 3 mois). Il est un peu plus marqué dans Paris (-1,2%). Le prix au m² n’atteindra pas 11 000 € le m² et serait ramené aux alentours de 10 700 € en janvier 2021.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Immobilier en Ile de France : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également