Bourse : sévère chute sur fond de (re)confinement, épisode 2, le retour

Bourse © stock.adobe.com
La Bourse de Paris a nettement reculé, de 1,90%, lundi, prise dans une vague d’inquiétude mondiale autour de l’aggravation de la pandémie de Covid-19 et de ses conséquences potentielles sur l’économie.

Publié le

Publicité

OFFRE BOURSE DEGIRO

Covid, c’est parti pour la deuxième vague !

Les deux jours à venir seront décisifs. Un retour au confinement serait un drame pour l’économie. Le plus probable reste des confinements locaux et/ou ciblés.
La situation sanitaire se dégrade assez vite dans l’Hexagone, comme dans bon nombre de pays européens.

La Bourse de Paris plie de 1,90% sous le poids de la deuxième vague

L’indice vedette CAC 40 a lâché 93,52 points à 4.816,12 points. Sur les autres places européennes, la bourse de Francfort a plongé de 3,71% et la Bourse de Londres de 1,16%.
Wall Street chutait également à la mi-séance, le Dow Jones perdant 2,92%, le Nasdaq 1,97% et le S&P 500 2,33% vers 17H50 .
Alors que les marchés mondiaux pouvaient jusque-là compter sur l’espoir d’un plan de relance américain, "les inquiétudes sanitaires relèguent la politique américaine au second plan" désormais, observe Alexandre Baradez, analyste à IG.

En route pour les 100.000 cas positifs en France par jour

Dix mois après la découverte du virus du Covid-19 en Chine, 43,1millions de cas ont été officiellement diagnostiqués et 1,15 million de morts déplorés dans le monde, selon un décompte de l’AFP lundi.
La France a établi dimanche un nouveau record quotidien avec plus de 52.000 cas positifs et leur nombre réel pourrait même être "autour de 100.000 par jour", selon Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique qui guide le gouvernement.
Ce qui pose inévitablement la question d’un nouveau durcissement des restrictions, lot commun de l’Europe ces dernières semaines : l’Italie vient de décider de fermer cinémas, théâtres et salles de gym et la Catalogne évoque la possibilité d’instaurer un confinement le week-end.
Deux hypothèses permettraient de juguler la vague, selon Jean-François Delfraissy, un couvre-feu plus dur ou un confinement, mais moins dur que celui de mars.
"On semble aller vers des choses plus ciblées qui seraient moins brutes qu’auparavant", c’est-à-dire lors de la première vague, tempère Alexandre Baradez.

LA DISTRIBUTION PREND L’EAU

Les groupes de distribution ont fait partie des pires performances de l’indice SBF 120, sous le poids des craintes de restrictions accrues des déplacements en France : Fnac Darty a plongé de 7,32% à 40,50 euros et Maisons du Monde de 6,71% à 13,76 euros.

LA TECHNOLOGIE SOUFFRE

Egalement lourdement affectées par la chute des indices boursiers mondiaux et par l’effondrement du géant allemand des logiciels SAP (-21,94%), les valeurs technologiques Worldline et Capgemini ont chuté de 5,29% à 66,18 euros et de 6,29% à 99,14 euros.

LES MENACES DE BOYCOTT PEU VISIBLES

L’appel au boycott des produits français du président turc Recep Tayyip Erdogan, relayant une fronde dans le monde musulman, a eu peu d’impact sur les fleurons français L’Oréal (-1,14% à 285,30 euros), LVMH (-1,46% à 421,75 euros) ou Danone (-1,13% à 50,54 euros).

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Bourse : sévère chute sur (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également