Bourse : le dollar en forte baisse, Londres en forte hausse, avec l’engouement du début des vaccinations au Royaume-Uni

Bourse © stock.adobe.com
Les bourses européennes ont connu une séance mitigée mercredi à l’exception de Londres, portée par le feu vert du Royaume-Uni au déploiement du vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19.

Publié le

Publicité

OFFRE BOURSE DEGIRO

Les marchés européens font une pause, sauf Londres

Londres a gagné 1,23%, une performance nettement supérieure aux autres places européennes. Ailleurs, Paris a atteint l’équilibre en fin de séance , tandis que Francfort a reculé de 0,52%.
Les marchés aux Etats-Unis tournaient autour de l’équilibre : l’indice vedette Dow Jones perdait 0,07% alors que l’indice élargi S&P 500 progressait de 0,04% vers 17H15 GMT.
Le Royaume-Uni est devenu le premier pays au mondeà autoriser le vaccin contre le Covid-19 de l’allemand BioNTech et du géant américain Pfizer, qui sera disponible dans le pays dès la semaine prochaine.
Le mouvement n’a pas entraîné les autres places européennes, freinées également par le nouvel élan de faiblesse du dollar faceà l’euro. Les investisseurs attendent désormais d’autres nouvelles, notamment "le plan de relance aux Etats-Unis", estime Mme Nguyen.

"Il faut que le plan de relance soit effectif, et pas seulement des discussions comme depuis des mois", ajoute-t-elle. Un petit groupe de parlementaires démocrates et républicains a proposé mardi un plan de relance de 908 milliards de dollars pour soutenir l’économie américaine, au moment où les négociations reprenaient entre le Congrès et la Maison Blanche. L’aide devient encore plus nécessaire à mesure que l’économie montre des signes d’essoufflement. Les créations d’emplois dans le secteur privé sont en-deçà des attentes, continuant de ralentir en novembre, selon l’enquête mensuelle d’ADP.

Ces données sont vues comme une première jauge des chiffres officiels du chômage pour novembre qui seront publiés vendredi.
Les investisseurs surveillent toujours les négociations autour du Brexit, qui doit être effectif le 31 décembre. Les partis ont envoyé des signaux contradictoires : si le négociateur européen Michel Barnier a indiqué dans la matinée aux Etats membres qu’un accord était toujours "incertain", le premier ministre britannique Boris Johnson s’est dit "optimiste" au cours de l’après-midi.
Sur les rendements obligataires, les intérêts sur la dette italienne et d’autres pays d’Europe périphériques ont diminué mercredi après avoir nettement augmenté mardi. Ceux de la France et de l’Allemagne sont restés stables.

Astrazeneca progresse

Le groupe pharmaceutique, qui développe son propre vaccin avec l’université d’Oxford, a profité de l’annonce du feu vert donné au vaccin Pfizer/BioNTech et a gagné 1,76% à 7.937pence.

L’énergie à la fête

Les valeurs énergétiques ont le mieux tiré leur épingle du jeu en Allemagne, à l’image d’Eon (+1,24% à 9,12 euros) et de RWE (+1,51% à 35,00 euros). A Paris, Engie a aussi grimpé de 2,32% à 12,80 euros.

A Londres, les pétrolières ont bénéficié du redressement des cours du brut en cours de séance à la veille d’une réunion de l’Opep +. BP a pris 4,74% à 267,15 pence et Royal Dutch Shell (action "B") 3,26% à 1.309,80 pence.

Les indices en bref

Paris - CAC 40 +0,02% 5.583,01 points

Londres - FTSE 100 +1,23% 6.463,39 points

Francfort - Dax -0,52% 13.313,24 points

Madrid - IBEX 35 +0,98% 8.240,80 points

Milan - FTSE MIB -0,58% 21.972,20 points

Zurich - SMI -0,13% 10.435,36 points

Amsterdam - AEX -0,08% 610,94 points

Bruxelles - Bel 20 -0,21% 3.709,69 points

Lisbonne - PSI 20 +0,81% 4.624,57 points

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Bourse : le dollar en forte : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également