Immobilier : Rachat de Laforêt et ralentissement du marché

Le groupe Laurad vient d’acquérir 100% du capital du réseau d’agences immobilières Laforêt. Dans le même temps s’amorce un ralentissement du marché immobilier en raison d’une stagnation de l’offre et de la demande.
Immobilier : Rachat de Laforêt et ralentissement du marché
©stock.adobe.com

Publié le , mis à jour le

Laurad rachète Laforêt

Le groupe Laurad vient de se porter acquéreur de la totalité d’un des principaux réseaux d’agences immobilières en France : le groupe Laforêt. C’est Elix Rizkallah la présidente de Laforêt qui l’a annoncé hier à l’Agence France Presse.

© Fotolia.com

Alors qu’il détenait déjà 50,1% du capital de Laforêt, le groupe Laurad, constitué par les fonds Sinequanon et Hoche Partners (dirigés par Jean-Daniel Cohen et Daniel Caille), termine un processus amorcé en décembre 2010 en rachetant les parts de Omnium finance dans le capital de Laforêt.

En 2010, les 750 points de vente des agences franchisées de Laforêt ont réalisé un chiffre d’affaires de 220 millions d’euros, contre 179 millions en 2009 pour un volume de ventes de 5 milliards d’euros et 30.100 transactions (+17%), a indiqué M. Rizkallah au cours d’une conférence de presse.

En outre, Laforêt compte encore augmenter son nombre de points de vente pour arriver à 1000 en 2013 d’après M. Rizhallah

Au cours des quatre premiers mois de 2011, le nombre de transactions est en baisse de 2% par rapport à la même période de 2010 en raison de la "désolvabilisation" des ménages qui s’accélère avec la hausse des prix de vente et des taux d’intérêt des prix immobiliers.

"En 2010, le temps jouait en faveur des vendeurs qui profitaient de l’effervescence du marché pour augmenter leurs prix. En 2011, il semblerait que la balle soit passée dans le camp des acquéreurs qui pourraient profiter de la baisse des prix", indiquent les dirigeants de Laforêt.

Un marché de l’immobilier qui risque de stagner ?

Alors que le réseau Laforêt vient d’être racheté et qu’il compte continuer à s’agrandir, le risque d’un relèvement du taux directeur de la BCE en Juillet pour faire face aux pressions inflationnistes serait une très mauvaise nouvelle pour le marché immobilier.

En effet, une remontée du taux directeur impliquerait une hausse des taux de crédit immobilier et donc un ralentissement du marché.

Décrivant le marché de l’immobilier actuel, M. Rizhallah précise que :
"Nous ne sommes pas dans un retournement de marché, mais sur un réajustement"

Ceci s’illustre par un stagnement de l’offre mais aussi de la demande qui marque le pas après une hausse de 7% depuis le printemps 2010.

Cette situation s’explique en partie par la hausse des prix de l’immobilier, comme le montre l’Indice PAP des prix de l’immobilier dans les 8 premières agglomérations françaises depuis le 1er Juin 2010

© Fotolia.com

 [1]

Cependant, il faut nuancer cette tendance car si les taux de crédit immobilier risque d’augmenter, les prix de l’immobilier eux suivront selon toute vraisemblance la tendance inverse en 2011.


[1Source PAP.fr

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Immobilier : Rachat de (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également