Crédit immobilier : le calme avant la tempête ?

Publié le , mis à jour le

Alors que l’inflation fait son retour, les taux courts se redressent lentement, mais surement. De leur côté les taux longs devraient remonter plus rapidement, mais pour l’instant, rien ne bouge vraiment. Limite inquiétant. Les professionnels constatent une chute des investissements immobiliers en France. Un retournement de marché à venir ? Rien de grave avant l’été 2019 nous dit-on...

Une rentrée bien dépressive. Entre l’annonce de l’inéluctable crise financière liée à l’immobilier en Europe attendue par la BCE, l’alerte d’un probable nouveau cataclysme du système financier émise par Jean-Claude Trichet lié au surendettement des États, il ne manquerait plus que les taux remontent enfin, comme annoncé depuis maintenant plusieurs années. La BCE a annoncé la couleur : la fin de la politique non-conventionnelle (ie, taux négatifs) aura lieu de façon graduelle en 2019. Attendez-vous donc au pire à partir de l’été 2019.

L’investissement locatif en chute libre

© CAFPI

Les taux bas et les dispositifs d’aides à l’investissement locatif bénéficient toujours aux emprunteurs, mais jusqu’à quand ? Alors que le Projet de loi de finances approche et que la loi PACTE semble se dessiner, ces dispositifs pourraient à nouveau être remis en question, à l’image du Pinel, alors qu’ils permettent pourtant un soutien non négligeable à l’immobilier. « Ces incertitudes pèsent sur la construction.

© CAFPI

Pour preuve, la production de logements neufs est actuellement en berne et l’investissement locatif commence déjà à fortement reculer », explique Philippe Taboret, président de CAFPI, courtier en crédits immobiliers. Lors du lancement du dispositif Pinel, les investisseurs représentaient 14% de la clientèle Cafpi. Aujourd’hui, ils ne représentent plus que 7% des dossiers traités. « Il faut profiter du dispositif Pinel aujourd’hui sous sa forme initiale et avant qu’il ne soit modifié », ajoute Philippe Taboret.

© CAFPI

Eaux calmes avant la tempête ?

La situation actuelle laisse à penser que, jusqu’à la fin de l’année, la conjoncture sera encore favorable aux emprunteurs. « Une grande incertitude entoure cependant 2019 et attendre une éventuelle baisse des prix semble être un pari risqué », indique Philippe Taboret. «  Aujourd’hui, les emprunteurs peuvent négocier leur taux de crédit immobilier, mais également leur assurance-emprunteur, autant d’éléments utiles pour profiter de la conjoncture actuelle dans les prochains mois  », conclut-il.

© CAFPI

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Crédit immobilier : le (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

3 commentaires

  • 15 ans que les professionnels annoncent une baisse du marché immobilier. ..une crise des taux... résultats. Les prix flambent...et poussent des immeubles à chaque coins de rues

    Répondre à ce message

    • Crédit immobilier : le calme avant la tempête ?

      C’est bien pour cela que c’est inquiétant. Quel serait l’intérêt des professionnels de dire "Méfiez-vous..." ? Le marché de l’immobilier, dans son état actuel est irrationnel, les prix augmentent bien plus vite que les revenus, ceci n’est possible que via des taux d’intérêt très bas. Or il est évident que cette situation ubuesque de taux artificiellement bas (plus bas que l’inflation courante !) ne pourra pas perdurer éternellement, donc la fin de cette période n’en sera que plus difficile. Maintenant, il est vrai que cela déjà longtemps que les signaux d’alertes sont au rouge, et toujours pas de crise...

      Répondre à ce message

  • Enfin bientôt la sortie de "crise des taux"... La crise sera dure et longue mais que deviendra le monde, dont la France ? Je parle économiquement mais surtout politiquement ? Déjà que ça se prépare bien... La faute ne sera-t-elle pas dà » aux différentes lois (Pinel, etc...) ?

    Répondre à ce message

Sur le même sujet

A lire également