Assurance Vie : pourquoi la collecte négative de 2020 n’est probablement pas un changement de préférence des épargnants ?

Assurance Vie : pourquoi la collecte négative de 2020 n’est probablement pas un changement de préférence des épargnants ? © FranceTransactions.com/stock.adobe.com
Les épargnants n’ont versé que 116 milliards d’euros en 2020, contre 144 en 2019. Faut-il interpréter cette baisse comme un changement de cap ? Loin de se détourner de l’assurance-vie, ce placement a subi, comme en 2017, année de forte grippe, un volume important de dénouement de contrats, suite aux décès des assurés, expliquant, en partie seulement, la décollecte constatée.

Publié le , mis à jour le

La presse financière publie déjà de gros titres sur le désamour de l’Assurance-Vie. En 2020, la collecte nette est négative de plus de 6 milliards. Quelle histoire ! Il reste tout de même encore quelques 1.789 milliards d’encours. D’autres médias faisant dans la surenchère perpétuelle indiquent que les épargnants délaisseraient l’assurance-vie. Il faut bien attirer les gogos avec des titres accrocheurs. Constatation erronée, les chiffres du mois de décembre en assurance-vie montre un retournement de tendance depuis le début de la crise sanitaire.

Baisse importante des versements

Toutefois, il faudrait remarquer que les épargnants ont tout de même versé pas moins de 116 milliards d’euros en assurance-vie en 2020. Certes, c’est bien moins qu’en 2019, milliards, l’écart est de 33 milliards. Mais pour un placement délaissé, ce n’est pas mal tout de même. Plus de 4,4 fois le montant astronomique versé sur le livret A en 2020. Arrêtons donc les fadaises. Les raisons d’une telle baisse des versements sont évidemment multiples.

Comparaison annuelle entre le montant des versements et celui des versements des prestations

Le versement des prestations correspond au montant des rachats demandés par les assurés, mais inclus également les versements du capital lors du dénouement du contrat (décès de l’assuré).

Ne pas tout mélanger...

Les facteurs les plus plausibles de cette décollecte :

  • craintes de faillites des assureurs/banques,
  • épargne dé précaution favorisée (livret A) face à la crise,
  • baisse des rendements des fonds euros,
  • chute des marchés financiers en mars/avril 2020,
  • arrivée en force du PER.

L’année 2020 a été évidement très particulière. La crainte d’une faillite du système financier a été très forte lors du premier confinement. Relisez les articles sur la faillite des assureurs, la crainte de la crise financière du mois de mars 2020. C’était la fin du monde dans les semaines qui allaient suivre. Il faut se rappeler de la défiance des Français envers leurs banques. Les unes des médias misaient toutes sur la faillite des banques, et autres drames financiers, en accompagnant la chute des indices boursiers. Sous ce climat anxiogène, les taux 2020 des fonds euros devaient s’écrouler et mourir. Les pseudos-experts étaient unanimes. Au final, rien de tout cela. Ironie de l’histoire, en tenant compte de l’inflation, les fonds euros n’ont pas autant rapporté depuis 2015. Nous sommes d’accord, c’est du positivisme démesuré.

Assurance Vie 2020 : les fonds euros n’ont pas rapporté autant depuis 2015 ! Rendement réel net moyen de +1,13 %

Assurance Vie 2020 : les fonds euros n’ont pas rapporté autant depuis 2015 ! © FranceTransactions.com/stock.adobe.com

Nombre de décès historique en France en 2020

À l’instar de l’année 2017, durant laquelle la grippe avait décimée plus de 20.000 personnes âgées, l’année 2020 fait payer un lourd tribu aux personnes les plus fragiles. La pandémie fait battre des tristes records, celui du nombre de décès en France depuis la seconde guerre mondiale. Et parmi les plus touchées, les personnes âgées. Cette catégorie de la population la plus équipée en contrats d’assurance-vie. Logiquement, les prestations en assurance-vie explosent (décès de l’assuré). C’est pourquoi la collecte nette est négative en 2020. Non pas que les épargnants ne placent plus sur ce produit, mais tout simplement que la pyramide des âges, liée à la pandémie, fait grimper les dénouements de contrats.

Épargne retraite : l’arrivée d’un concurrent sérieux avec le PER

Enfin, point passé trop souvent sous silence, l’épargne retraite a vécu, en 2020, sa première véritable année avec ce nouveau PER. En 2019, peu d’offres étaient proposées aux épargnants. Véritable succès, ce placement a de fait détourner une partie des versements qui étaient historiquement fléchés vers l’assurance-vie. Bien que l’assurance-vie et le PER ne sont pas à opposer, produits complémentaires par essence, une partie des fonds destinés à l’épargne retraite, placée habituellement en assurance-vie, sera de fait désormais placée sur le PER Individuel.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Assurance Vie : pourquoi (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également