Les Bourses européennes ne remercient pas ThanksGiving, un léger repli seulement, prises de bénéfices

Bourse © stock.adobe.com
Les Bourses européennes ont globalement reculé jeudi sous l’effet de prises de bénéfices après de très fortes hausses, et en l’absence du souffle de Wall Street, fermée en raison des célébrations de Thanksgiving.

Publié le

Publicité

OFFRE BOURSE DEGIRO

Les Bourses européennes reculent, sans l’élan de Wall Street

Paris a perdu 0,08%, Francfort 0,02%, Londres 0,44%, Milan 0,46% et Madrid 0,74%. Les investisseurs ont "pris leurs profits" après de récentes fortes hausses, observe David Madden, analyste pour CMC Markets UK. Ils y ont été d’autant plus incités que la bourse américaine était fermée jeudi, n’offrant pas de dynamisme aux places du Vieux continent. Outre la fermeture de jeudi, la Bourse américaine clôturera plus tôt vendredi, jour de "Black Friday" outre-Atlantique.

En l’absence du moteur américain, peu de nouvelles ont animé la séance hormis la publication de deux indicateurs sur le moral des consommateurs allemands, qui a accusé lecoup selon le baromètre Gfk, et sur celui des ménages français, au plus bas depuis la crise des "Gilets jaunes" en décembre 2018 d’après l’Insee. Ces données ont eu peu d’influence sur des indices sur un nuage depuis début novembre avec des progressions parfois à deux chiffres enAllemagne, au Royaume-Uni, en Italie et en France. Le CAC 40 a accusé seulement sa cinquième baisse sur le mois jeudi.

"On était il y a encore quelques semaines confrontés à un niveau d’incertitudes majeures", tant sur l’élection américaine que sur la quête d’un vaccin contre le Covid-19, rappelle Franck Dixmier, directeur des gestions obligataires d’Allianz Global Investors. "Ce qui s’est passé est réellement majeur car on sait que le scénario du pire est évité" sur les deux tableaux, ajoute-t-il. Sur le marché obligataire, le taux à dix ans des principaux pays de la zone euro, Allemagne, France, Italie et Espagne ont un peu reculé, signe d’une recherche d’actifs réputés plus sûrs que les actions.

Sur le tableau des valeurs, VEOLIA et SUEZ (-0,12% à 16,20 euros) n’ont pas beaucoup souffert des saisies d’huissiers aux sièges des protagonistes du projet de fusion des deux sociétés après une requête déposée par Suez devant le tribunal de commerce de Nanterre.
A Londres, AstraZeneca a reculé (-0,67% à 7.748,00 pence). La presse s’est fait l’écho de doutes qui émergent sur la manière dont le laboratoire pharmaceutique et l’université d’Oxford ont mené leurs essais cliniques sur le vaccin contre le Covid-19, avec à la sortie deux tests aux résultats très différents.
Le vaccin nécessite "une étude supplémentaire", a indiqué jeudi après la clôture des marchés le directeur général du groupe.
L’informatique a profité du nouveau record du Nasdaq la veille : en France STMicroelectronics a avancé de 1,78% à 32,53 euros, Worldline de 0,24% à 76,64 euros et Atos de 1,03% à 74,80 euros. En Allemagne SAP a gagné 0,87% à 99,54 euros et Infineon 0,81% à 28,61 euros.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Les Bourses européennes (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également