Placement épargne : la guerre des taux n’aura pas lieu

Publié le

Placement épargne : en 2011, le flux de l’épargne est représenté par un mouvement de repli de l’assurance-vie au profit des livrets épargne. Avec l’arrivée des nouvelles normes Bâle III, l’ACP et la Banque de France ne souhaitent pas qu’une guerre des taux s’installe...
Placement épargne : la guerre des taux n'aura pas lieu
©stock.adobe.com

Placement : les produits liquides ont la côte, contexte économique oblige !

l’ACP (Autorité de contrôle prudentiel) et la direction générale des Statistiques de la Banque de France communiquaient dernièrement une étude conjointe sur l’évolution des placements financiers des ménages français en 2011.

Sans surprise, le rapport évoque pour l’année 2011, le fléchissement de la collecte de l’assurance-vie et des opcvm (organismes de placement collectif en valeurs mobilières) en contrepartie d’une légère progression des produits bancaires les plus liquides.

© Fotolia.com

En effet, l’éventuelle hausse de la fiscalité, la baisse des rendements et les risques liés à la structure des fonds euros expliquent en partie la baisse de collecte de l’assurance-vie au détriment de placements offrant en période d’inquiétudes, plus d’accessibilité au capital (livret a, ldd, Livrets Bancaires).

Ainsi, la collecte nette sur les livrets A s’est établie à 21,6 milliards d’€ en 2011 au lieu de 9,4 milliards en 2010 et celle des livrets bancaires se fixe à 17 milliards d’€, après 13,2 milliards l’année précédente.

Le rapport de l’ACP et de la Banque de France dresse les évolutions du comportement d’épargne des ménages, par ailleurs il permet de s’assurer que les établissements font preuve de prudence dans la recherche de leurs ressources clientèle.

Placement : le contrôle des flux de l’épargne est primordial

Même si les établissements financiers déclarent ne pas vouloir lancer une bataille pour capter les dépôts des ménages, les hautes instances sont sur le qui-vive, à quelques mois de l’entrée en vigueur des nouvelles normes Bâle III (7% ratio minimum de fonds propres "durs").

© Fotolia.com

Le flux de l’épargne vers des produits liquides s’est bien fait sentir en 2011 et devrait perdurer en 2012, une aubaine que pourrait saisir les banques pour renforcer leurs fonds propres. Dans ce contexte les régulateurs bancaires ne veulent pas voir éclore une guerre des taux en France !

Pourtant, la bataille sur les livrets bancaires ou les comptes à terme semble avoir débuté depuis plusieurs mois. Pour preuve, actuellement les offres commerciales sur les livrets épargne sont au nombre de 14, de plus les gammes de comptes à terme s’élargissent à vue d’oeil.

Une situation qui est bénéfique pour l’épargnant mais qui selon l’ACP et la Banque de France est contre-productive, les établissements financiers prennent ainsi le risque de comprimer leurs marges et donc inévitablement leurs fonds propres.

En dessous de table, on imagine surtout que détourner les épargnants de l’assurance-vie, en désappointe plus d’un.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Placement épargne : la (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également