Crédit immobilier : la solvabilité des ménages commencerait-elle à s’éroder ?

Publié le , mis à jour le

Crédit immobilier : les taux de crédits grimpent lentement, la production de crédits à taux variable est en progression, les durées de financement s’allongent, détails...
Crédit immobilier : la solvabilité des ménages commencerait-elle à s'éroder ?
©stock.adobe.com

Crédit immobilier : attention les taux reprennent de la vigueur

Selon l’Observatoire du Crédit Logement/CSA, depuis fin novembre 2010, les taux de crédits immobiliers reprennent de la vigueur au rythme de 10 pts de base par mois. L’organisme évoque une activité soutenue, la ferveur des investisseurs est bien présente, dans un contexte de concurrence accrue entre établissements.

Crédit immobilier : prêt moyen, taux de 3.67% sur 214 mois

hausse des taux d’intérêts :

A la fin du 1er trimestre 2011, le taux de financement moyen s’est fixé à 3.67 %, soit 3.68 % pour l’accession dans le neuf et 3.66 % pour l’acquisition dans l’ancien. (hors assurance et coût des sûretés). Fait persistant, la production de crédits à taux variable progresse de 8.3% en mars, une nouvelle hausse après +6.6 % en février 2011 et +6.7 en janvier. Privilégier ce type de taux, représente le besoin de préserver la solvabilité pour certains ménages.

Courbe des taux des crédit immobiliers aux particuliers : (Source Crédit Logement/CSA)

Allongement de la durée de financement :

Cette tendance s’exprime aussi par un rallongement de la durée des prêts. En un mois la période d’emprunt s’est redressée rapidement de 8 mois pour s’établir à 214 mois en moyenne. Cette évolution n’est pas sans effets, le coût global du crédit augmente de +5.4% sur un an depuis début 2011 contre 6.2% en 2010. Néanmoins, l’Observatoire du Crédit Logement/CSA constate une augmentation plus rapide des revenus des emprunteurs (+2.5% sur un an depuis début 2011, contre 0.2% en 2010).

Nouvelle hausse des taux directeurs de la BCE en 2011 ?

La hausse des taux directeurs de la Banque Centrale Européenne aura eu un impact limité sur le marché, or certains spécialistes misent sur une prochaine hausse des outils de la BCE de l’ordre de 0.50 voire 0.75% (1.25% actuellement). Une accélération de la politique monétaire qui aurait pour conséquence de dégrader plus sérieusement la solvabilité des emprunteurs.

Marché immobilier : la pénurie de l’offre s’accentue selon la FNAIM

Sur le marché immobilier, la FNAIM indique une fluidité des transactions, 40% d’entre elles sont réalisées dans un délai inférieur à 3 mois, ce taux monte jusqu’à 70% en région parisienne. l’Etablissement constate le retour des achats de résidences secondaires et les investissements locatifs. Cependant la perception d’une pénurie de l’offre s’accentue, notamment en région parisienne pour 83% des professionnels interrogés, en cause la peur des propriétaires de ne pas vendre ou pas au meilleur prix.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Crédit immobilier : la (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

A lire également