Quel contrat d’assurance-vie souscrire pour un enfant ?

Publié le , mis à jour le

Souscrire un contrat d’assurance-vie au nom d’un enfant, cela peut avoir plus de sens que d’ouvrir un livret A. L’horizon de placement étant à long terme. Sélection des contrats d’assurance-vie les plus adaptés pour un enfant.

Souscrire un contrat d’assurance-vie au nom d’un enfant mineur ?

Tout contrat d’assurance-vie peut être ouvert au nom d’un enfant mineur. Le plus souvent la démarche d’ouverture du contrat émane des parents ou des grands-parents. Le contrat permet alors, à l’instar d’un livret A de recueillir étrennes et autres donations d’argent au fil des années. Quelques particularités sont tout de même à connaître, selon l’âge de l’enfant.

Quels critères appliquer pour choisir un contrat d’assurance-vie pour un enfant ?

Les critères, à nos yeux, les plus importants pour la sélection d’un contrat d’assurance-vie pour un enfant sont peu ou proue les mêmes que pour une personne majeure. Il convient de choisir des contrats récents, individuels, ouverts aux placements immobiliers, avec des conditions de minimum de versements libres et/ou programmés les plus basses possibles. Ainsi, nos critères seront :

- absence de frais sur versements,
- contrat individuel,
- fonds en euros compétitif (rendement 2017 > 2%),
- la possibilité de ne verser que des petites sommes (étrennes), aussi bien à l’ouverture qu’en versements programmés,
- contrat multisupport évidemment, et dans l’idéal, présence de supports immobiliers à risque modéré (type SCPI/SCI) correspondant bien à l’horizon long terme du placement.

Quel contrat d’assurance-vie choisir pour un enfant ?

Contrats Assureur Avis épargnants (1) Frais/Vers. maxi. Dépôt minimum
initial
Vers. suivant
min.
Min. vers.
programmé
Fonds en eurosUnités de compte
Fonds euros Taux publié(2) Taux net(3) SCPI SCI OPCI ETF Unités de compte
ALTAPROFITS (Digital Vie)

Digital Vie

SURAVENIR3.163,16/5 (87 avis)0.00%100.00€25€25€SURAVENIR OPPORTUNITES
VERS. COND.
Versements conditionnés :A compter du 1er février 2018, accessible par versement à hauteur de 60% maximum, les 40% restants devant être investis en Unités de Compte (70/30 auparavant).
2.800%2.366%102265294
SURAVENIR RENDEMENT
VERS. COND.
Versements conditionnés :Pour tout versement égal ou supérieur à 250 000 € sur le fonds Suravenir Rendement une part de 30% minimum doit être investie en unités de compte non garanties en capital.
2.000%1.690%
INTENCIAL PATRIMOINE (Liberalys Vie)

Intencial Liberalys Vie

APICIL
Frais sur versements réduits à 0%, sous conditions.
33,00/5 (2 avis)4.50%1000.00€100€100€EUROFLEX2.600%2.197%22250170
APICIL EURO GARANTI2.200%1.859%
LINXEA (LinXea ZEN)

LinXea ZEN

APICIL2.72,70/5 (50 avis)0.00%500.00€300€50€APICIL EURO GARANTI FG 060
VERS. COND.
Versements conditionnés :Répartition plafonnée à 70% des nouveaux versements et arbitrages
2.250%1.901%4000285
MIF (Intergenerations)

MIF Intergenerations

MIF33,00/5 (10 avis)2.00%360.00€10€10€MIF2.500%2.113%00000
MIF (Projet Vie)

MIF Projet Vie

MIF3.093,09/5 (11 avis)2.00%100.00€10€10€MIF2.500%2.113%00000
CAISSE D EPARGNE (Millevie Initiale)

Millevie Initiale

BPCE VIE22,00/5 (2 avis)3.50%500.00€100€30€FONDS EUROS BPCE VIE FG 0.71.200%1.014%001010
YOMONI (Yomoni Kids)

Yomoni Kids

SURAVENIR2.892,89/5 (9 avis)0.00%1000.00€100€100€SURAVENIR RENDEMENT
VERS. COND.
Versements conditionnés :Pour tout versement égal ou supérieur à 250 000 € sur le fonds Suravenir Rendement une part de 30% minimum doit être investie en unités de compte non garanties en capital.
2.000%1.690%0008118
Liste présentée triée par défaut sur le nom du contrat. Liste non exhaustive des contrats du marché. Sélection effectuée sur la base des critères énoncés avant l'affichage du tableau.

(1):Votes instantanés des lecteurs, 1 vote par contrat par lecteur (adresse IP) est autorisé. N'induit rien sur la qualité intrinsèque des contrats.

(2):Taux publié par les assureurs, nets des frais de gestion, bruts de prélèvements sociaux.

(3):Taux nets pour les épargnants, nets des prélèvements sociaux.

Enfant de moins de 12 ans, la signature des deux parents est obligatoire

Ce sont bien les représentants légaux qui doivent ouvrir le contrat au nom de l’enfant. Si l’enfant a moins de 12 ans, l’accord et la signature de ses deux parents est obligatoire. Au-delà de 12 ans, le consentement de l’enfant est demandé.

Désignation du bénéficiaire dans le contrat

Tant que l’enfant à moins de 16 ans, la désignation du bénéficiaire est imposée. Ce sont ses héritiers légaux. Donc, en premier lieu, ses parents. En revanche, au-delà de 16 ans, l’enfant peut choisir le bénéficiaire, sans pouvoir lui attribuer plus de 50% de la valeur du contrat.

Contrats à fuir, ces mono-supports que votre banquier ne va pas manquer de vous proposer !

Malheureusement le plus souvent les parents optent pour des contrats mono-supports en euros proposé par leur banque pour ouvrir à leur enfant. C’est du non-sens financier de premier ordre. L’horizon de placement étant très long, un placement à 100% sur le fonds euros n’est pas pertinent. Quand bien même, les parents seraient totalement averses aux risques, les contrats multi-supports peuvent être investi en 100% sans risque sur le ou les fonds euros proposés, et surtout cela permettra à l’enfant, devenu grand, d’opter pour les placements qu’il souhaite. Par ailleurs, le plus souvent ces contrats d’un autre âge sont truffés de frais à tous les étages, un gâchis ni plus, ni moins.

Contrats dédiés aux enfants ? Une bonne idée ?

Quelques contrats spécifiquement dédiés aux enfants sont proposés à la commercialisation. Ce ne sont pas forcément les meilleurs du marché, loin de là. Il s’agit avant tout d’un placement marketing, puisque la plupart des contrats du marché peuvent être souscrits au nom de mineurs. Attention donc de ne pas céder trop rapidement aux publicités, ces contrats doivent donc être comparés avec les autres du marché, non spécifiquement dédié aux enfants.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Quel contrat d'assurance- : Publiez un commentaire ou posez votre question...

1 commentaire

Sur le même sujet

A lire également

Enregistrer au format PDF Téléchargez cet article (PDF)