Quels placements choisir pour un enfant ?

Quels placements choisir pour un enfant ? ©stock.adobe.com
La majorité des Français ont un lien affectif avec le livret A. Leurs parents leur ont ouvert un livret A quand ils étaient petits, ils font la même chose avec leurs enfants. Sauf que, ce cher livret A n’est pas forcément le placement épargne le plus pertinent pour nos enfants. Décryptage.

Publié le , mis à jour le

Oubliez le livret A !

Le paradoxe de l’utilisation de ce livret A... Placer sur le livret A est pertinent pour rémunérer son épargne de précaution pour le court terme. Or un placement pour un enfant est, de fait, pour le long terme. L’enfant n’aura pas besoin de son argent avant ses études supérieures ou le début de sa vie active. Le placement qui convient le mieux pour un enfant est sans conteste l’Assurance-Vie, souscrite au nom de l’enfant. L’arrivée des PER peut être également une opportunité à étudier, dans le sens où ce produit financier permet, tout comme le PEL, d’être une aide appréciable pour le financement de sa résidence principale.

Les placements à privilégier pour un enfant de son plus jeune âge, jusqu'à ses 25 ans, placements pour 2020
Type d'actifPlacements 2020Niveaux de risques 2020 (1)Espérance de rendements 2020 (2)Préférences pour 2020 (3)Commentaires
EPARGNE REGLEMENTEELIVRET A
Taux de 0.50% depuis le 1er février 2020. A réserver uniquement pour son épargne de précaution. Le livret A n'est pas un produit d'épargne retraite!
EPARGNE REGLEMENTEELIVRET JEUNE
Le livret à détenir pour les jeunes. Taux variable selon les banques. Toujours supérieur à celui du livret A. Le meilleur placement pour les 12-25 ans. Plafond des versements limités à 1.600 euros.
EPARGNE REGLEMENTEEPEL
Les PEL anciens sont les placements épargne les plus rémunérateurs, jusqu'à plus de 4 fois le taux du livret A (à partir de février 2020). A conserver et verser avant le 10e anniversaire du PEL. Les nouveaux PEL à 1% (0.70% net), souscrits à partir de 2018, présentent bien moins d'avantages, tant que le taux proposé est aussi bas, inférieur à l'inflation.
ASSURANCE-VIESCPI VIA ASSURANCE-VIE
Le cumul des avantages (rendements SCPI) et fiscalité et suppression du risque d'illiquidité des parts de SCPI via l'Assurance-vie. Tant que le rendement est à la clé, à conserver. Dès le moindre signe de faiblesse, arbitrer pour retourner sur le fonds euros.
ASSURANCE-VIEASS.VIE / UNITES DE COMPTE
Il est primordial d'investir régulièrement, peu importe les unités de compte choisies. La seule façon d'accroître son capital est d'investir de façon régulière.
BOURSEPEA JEUNE
Le produit financier à détenir pour les 18-25 ans avec le livret jeune, c'est le PEA Jeune ! Prendre date, investir pour le très long terme est essentiel.
EPARGNE RETRAITEPER (PLAN EPARGNE RETRAITE)
Le PER (issu de la loi PACTE) est le nouveau produit épargne retraite. Les placements précédents (PERP, Préfon, Corem, CGOS, Madelin, Article 93) sont transférables vers le PER. La fiscalité du PER n'est pas toujours attractive. Attention notamment lors d'une sortie à 100% en capital.

(1) : Echelle du niveau moyen de risque pour ce type de placement (échelle de 0 (sans risque, aucune barre rouge) à 5 (Placement à très haut risque, 5 barres rouges) ). Le niveau de risque peut varier largement pour un placement donné, en fonction du choix des supports d'investissement (ex: un contrat d'assurance-vie placé 100% en unités de compte sera risqué, versus un contrat placé à 100% en fonds euros sera sans risque)

(2) : Espérance de rendement moyen, sur une échelle de 0 à 5 étoiles (0 étoile : aucun rendement, à 5 étoiles : Très haut rendement). Rappel : une espérance de rendement élevé sans niveau de risque élevé ne peut pas exister.

(3) : Indication de nos préférences pour 2020, sur une échelle de 5 graduations, de à éviter, à fortement privilégier.

Livret A, un placement affectif avant tout, mais peu pertinent pour un jeune enfant

Le livret A est sans conteste un placement affectif. Rien de bien rationnel. Certes, il s’ait de la première niche fiscale de France, les intérêts sont nets d’impôts et des prélèvements sociaux, mais hormis cela, rien de bien attirant. Le livret A n’est en effet doté d’une rémunération couvrant tout juste l’inflation, et encore. Depuis 2018 et probablement jusqu’en 2020, le taux réel net du livret (inflation déduite) est négatif, puisque le taux du livret A est bloqué à 0.75%.

Mais sur le principe le livret A est avant tout un placement pour son épargne de précaution. Cet argent mis de côté au cas où. En cas de dépenses imprévues, ces 3 à 6 mois de salaires d’avance doivent en effet restés accessibles facilement. Le Livret A est bien pour cela. Mais quand l’épargnant est un enfant, a-t-il vraiment besoin que son argent soit accessible le jour même ? Pas vraiment. Est-ce bien pertinent de placer l’argent destiné à un enfant à un taux couvrant au mieux l’inflation ? Pas vraiment non plus.

Livret jeune, pour sa performance imbattable, dés 12 ans

Pour les enfants âgés de 12 ans minium, le livret jeune est déjà plus attractif que le livret A. En effet, le taux de rémunération de ce livret est toujours plus élevé que celui du livret A, c’est réglementaire. Par ailleurs, son taux est librement fixé par chacune des banques, toujours sous cette condition. Ce dernier point permet donc de faire jouer la concurrence. Découvrez notre comparatif des livrets jeune.

Assurance-vie souscrite au nom de l’enfant, le meilleur des placements

Le placement le plus adapté à un enfant est une assurance-vie, souscrite à son nom, en tant qu’assuré. Ses parents peuvent l’ouvrir pour lui. Les versements sont effectués sur son contrat (il s’agit alors de donation d’argent, à déclarer auprès du Fisc, l’abattement rechargeable étant de 100.000€ tous les 15 ans). En cas de versements réguliers sur le contrat, une seule déclaration annuelle de don d’argent auprès du fisc suffit.

Comme l’horizon de placement est à long terme, il est effectivement peu pertinent de tout miser sur un fonds en euros. Le rendement sera faible et donc le capital versé n’aura aucun espoir d’être conséquent lorsque l’enfant, devenu adulte, en aura besoin. Si la réglementation impose que le profil d’investisseur soit de type "prudent" ou "équilibré" pour un enfant, votre intermédiaire ne doit pas vous laisser choisir d’investir à 100% en unités de compte sur un contrat d’assurance-vie souscrit au nom d’un enfant. Par la suite, après quelques années, il conviendra d’arbitrer les investissements sur les unités de compte quelques années avant sa majorité, afin que le capital soit réellement disponible le moment venu. Des rachats partiels annuels permettront alors de percevoir les plus-values sans la moindre fiscalité.

Souscrire un PER au lieu de souscrire un PEL ?

Beaucoup de parents souscrivent des PEL pour leurs enfants. Les nouveaux PEL ne sont malheureusement pas vraiment attractifs, taux brut de 1%. En revanche, si l’idée est d’aider le financement de la résidence principale du bambin, le PER souscrit au nom de l’enfant pourrait être bien plus attractif. Le PEL voit sa fiscalité s’aggraver au bout de 10 ans, le PER a une fiscalité fixe. Le capital perçu lors de l’achat de la résidence principale est imposable sur le revenu, certes. Mais il faut bien considérer que le niveau d’imposition de votre enfant, ne faisant plus partie de votre foyer fiscal, devrait être plus faible que le votre actuellement. Vous bénéficiez d’une réduction d’impôt lors des versements, au titre de l’épargne retraite. Les montants versés sortent de votre assiette imposable sur le revenu (sous respect des plafonds). Un bon plan épargne pour vous, et vos enfants.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Quels placements choisir (...) : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également