Fonds en euros non garanti à 100% en capital : l’assurance-vie se fissure-t-elle de plus en plus ?

Publié le , mis à jour le

De plus en plus de fonds en euros non totalement garanti en capital sont proposés aux épargnants. Des fonds en euros nouvelle génération ? D’un point de vue marketing, sans doute une bonne accroche. En revanche, un grand retour en arrière pour les épargnants. Sous couvert de ne plus pouvoir servir des rendements appréciables sur les fonds en euros classiques, les assureurs tentent de plus en plus de réduire ce dernier bastion qu’est le fonds en euros à capital 100% garanti. Épargnants non avertis s’abstenir.

Ces fonds en euros d’un nouveau genre, ne garantissant pas l’intégralité du capital, se nomment EuroActifs 2, EuroSélection 2, ou bien encore EuroFlex... L’argumentaire commerciale servi reste le même : aller chercher du rendement en réduisant la garantie portant sur le capital placé. Certes le risque pris reste très mesuré, de l’ordre de 2% à 4% de pertes de capital possible, mais tout de même, doit-on toujours nommer ces fonds des fonds en euros ? Les assureurs répondent affirmativement.

Fonds euros Assureurs Pourcentage du capital garantiContrats
EUROACTIFS 2CNP98.00 % (*)
  • Canopia
EUROFLEXAPICIL96.00 % (*)
EUROSELECTION #2.1SPIRICA98.00 % (*)
EUROSELECTION 2SPIRICA98.00 % (*)
  • Version Absolue
(*) : certains fonds euros peuvent faire varier le pourcentage de garanti de capital en fonction des années. Proportion indiquée pour la 1ère année de placement.

Accessibles uniquement sur des contrats commercialisés par l’intermédiaire de CGP, ces fonds en euros d’un nouveau genre ne sont heureusement pas mis à disposition, pour le moment, du grand public. Les mauvaises surprises pourraient être alors de taille.

Certains épargnants ne comprennent pas déjà comment ils peuvent perdre de l’argent avec des fonds en euros 100% garanti, en sous-estimant l’impact des frais sur versement et des frais de gestion, alors imaginez avec un fonds euros ne garantissant pas l’intégralité du capital !

L’intérêt des fonds euros non garantis est avant tout pour l’assureur !

Sous couvert de la baisse des rendements, les assureurs poussent donc non seulement les épargnants vers les unités de compte à risque, mais tentent également de réduire le capital à garantir sur les fonds euros. Une aubaine pour un assureur : réduire ses risques à couvrir.

Par contre, pour l’assuré, voire son risque moins couvert, cela est une mauvaise nouvelle. A priori, ces nouveaux fonds euros n’ont donc rien d’attractif pour les épargnants.

Réduire sa garantie en capital de 2% pour aller chercher 0.50 à 0.70% de rendement supplémentaire ?

Le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ? Renoncer à la garantie en capital de 2% de son placement pour aller chercher un potentiel 0.5 à 0.7 point de rendement ?
Ne vaut-il pas mieux conserver 98% de son capital sur un fonds euros garanti à 100% et miser 2% de son capital sur des unités de compte à plus fort potentiel ? De toute évidence, les assureurs sont convaincus du contraire.

Surtout ne pas comparer les fonds euros non garanti à 100% avec les autres !

La DGCCRF aura sans doute les yeux rivés sur les comparatifs des rendements des fonds euros, lors de la publication des rendements. Comparer le rendement d’un placement à capital garanti avec un autre ne l’étant pas, étant un biais pour le moins trompeur. Ces fonds euros "nouvelle génération" ne devraient donc pas avoir le droit de figurer dans les comparatifs de la presse financière, sans recevoir des tollés de protestations.

Une question, un commentaire?

Réagir à cet article Fonds en euros non garanti à : Publiez un commentaire ou posez votre question...

Sur le même sujet

A lire également

Enregistrer au format PDF Téléchargez cet article (PDF)