Journée de solidarité

lundi de Pentecôte © FranceTransactions.com/stock.adobe.com
La journée de solidarité, instaurée en 2004, est une journée de travail supplémentaire, qui n’est pas rémunérée pour les salariés, destinée à financer des actions en faveur de l’autonomie des personnes âgées ou handicapées.

Pour les employeurs, elle se traduit par le versement de la contribution solidarité autonomie (CSA) (0,3% de la masse salariale due par l’employeur). Tous les salariés français du secteur privé sont concernés. Les travailleurs indépendants non salariés ne sont pas concernés par la journée de solidarité.

La journée de solidarité rapporte 2,9 milliards d’euros

Mise en place en 2004, cette journée de solidarité contribue déjà à financer la prise en charge des personnes âgées ou handicapées. En 2019, elle a rapporté près de 2,9 milliards d’euros, rapporte la CNSA, dans un communiqué.

Ce qui change au 1er juin 2020 : primes auto, tickets restaurant, chômage partiel, prix du gaz, lundi de Pentecôte, confinement
31 août 2020
Primes auto, jusqu’à 7.000 euros, doublement du plafond des tickets restaurant, fin du chômage partiel financé à 100% par l’Etat, une journée de solidarité, lundi de Pentecôte si particulière, baisse du prix du gaz, fin de la limite de déplacement de 100km, déconfinement phase 2.
1er juin 2020 : lundi de Pentecôte, jour férié et travaillé... Enfin, pas pour tous
29 mai 2020
Le lundi 1er juin 2020, lundi de pentecôte est bien un jour férié. Mais il peut être travaillé. De plus, si votre employeur le choisit comme jour de solidarité, vous êtes tenu de travailler sans être payé. Pas belle la vie ?