DSP2

DSP2 ©stock.adobe.com/francetransactions.com
La directive européenne sur les services de paiement DSP2 modifie profondément le marché bancaire. Le dernier volet de DSP2 entre en vigueur le 14 septembre 2019 en France et en Europe. Cette Directive impose aux banques de laisser l’accès aux données des comptes de leurs clients, avec leur accord, à des services tiers - ouvrant dès lors le marché bancaire et créant ainsi plus de transparence et de compétition.
Banques / DSP2 (API - Open Banking) : seulement 1.7% des banques en France conformes, dont le Crédit Agricole
17 septembre 2019
Comme attendue, la mise en place de la mesure DSP2 au 14 septembre 2019 se traduit par un véritable flop. Si officiellement seulement 6 banques ont annoncé leur conformité auprès de l’ACPR (soit 1.7% des 340 établissements concernés), près de 8% des banques auraient rendu accessibles des API utilisables et fonctionnelles, selon plusieurs fournisseurs d’agrégateurs. Côté respect de la mise en place d’une authentification forte, le fiasco est quant à lui, total.
Open Banking : les Français sont convaincus, contre seulement un tiers des banques françaises
11 septembre 2019
Alors que la mise en application de la mesure européenne DSP2, prévue initialement pour le 14 septembre 2019, est retardée, une enquête de Finastra, acteur majeur de l’Open Banking, réalisée auprès de 600 institutions financières, confirme les apports de cette technologie, tout comme ses limites.
Banques / DSP2 : le big-bang sécuritaire du 14 septembre 2019 montre déjà ses failles
11 septembre 2019
A partir du 14 septembre 2019, les banques et établissement financiers devaient appliquer la mesure européenne DSP2. La mise en place de procédures d’authentification forte devenant ainsi obligatoires, tout comme l’ouverture des données bancaires, l’Open Banking. Mais les acteurs du marché ont tiré le signal d’alarme cet été, demandant un report pour sa mise en place. La principale crainte : que les consommateurs freinent leurs achats en ligne, devant des mesures trop contraignantes lors de leurs paiements. Au final, la sécurité actuelle des transactions semble bien convenir aux banques...
Livret A, LDDS, Livret épargne : détenir un compte courant dans la même banque (re)devient obligatoire
5 août 2019
Le dernier volet de la directive européenne DSP2 s’appliquera en France le 14 septembre prochain, permettant ainsi l’Open Banking. L’avènement des premières versions des agrégateurs de comptes bancaires avait déjà mis à jour quelques pratiques bancaires non réglementaires sur les produits d’épargne (livrets, comptes à terme, épargne logement). La loi n°69-02 datant du 8 mai 1969 s’impose pourtant toujours aux établissements de crédit. Cette réglementation restreint les virements sortants de produits d’épargne au seul compte courant du client, de la même banque dépositaire. Une protection pour les épargnants. Certaines banques, dont la Banque Postale, n’appliquaient pas strictement cette réglementation. Les régularisations sont donc en cours, via des ouvertures de compte à vue, notamment pour les mineurs. Dans ce cas, aucuns frais bancaires à craindre, aucun moyen de paiement n’étant fourni.
Épargne : Fortuneo applique les nouvelles restrictions réglementaires portant sur le Livret+, Livret A et LDDS
1er août 2019
La réglementation sur les produits d’épargne a évolué. Les banques ne doivent plus permettre les virements externes ainsi que les prélèvements directs sur les produits d’épargne bancaires (livrets, compte à terme, épargne logement, etc.). Toutes les banques sont concernées. Ainsi, après la Banque Postale, le Crédit Mutuel, Fortuneo banque répercute cette restriction sur ses livrets épargne proposés. La détention d’un compte à vue, sans aucuns frais, devient obligatoire.
Open banking / FinTech : Tink arrive en France, à la clé davantage de transparence et de concurrence entre les banques
10 juillet 2019
Le marché bancaire est en pleine mutation. Dès la rentrée 2019, les banques seront contraintes de laisser l’accès aux données des comptes de leurs clients, avec leur accord, à des services tiers - ouvrant dès lors le marché bancaire et créant ainsi plus de transparence et de compétition. Tink, plateforme d’open banking, permet aux banques, néobanques et fintechs de se connecter aux banques français et européennes.